Plus de 3400 personnes se sont inscrites au Demi-marathon de Granby. Ils ont été 3200 à avoir complété les épreuves de course ou de marche.

Le Demi-marathon de Granby de plus en plus populaire

Plus de 3400 personnes étaient inscrites à l'une ou l'autre épreuve du Demi-marathon de Granby (DMG) et plus de 3200 ont relevé le défi, dimanche matin. Sous un soleil radieux et par un temps frisquet, coureurs et marcheurs ont pris le départ, sourire aux lèvres.
« On a une belle cuvée, souligne Éric Fleury, organisateur et directeur d'événements pour l'organisme des Courses thématiques. La température nous aide pas mal dans les inscriptions. Je pense que les gens ont attendu pour voir ce qu'on annonçait [comme météo]. »
À preuve, 500 personnes se sont inscrites au cours de la dernière semaine précédant l'événement ou le matin même. Bonne nouvelle pour elles : le thermomètre affichait au minimum 20 degrés de moins que durant le torride Marathon de Montréal­, une semaine plus tôt. 
L'an passé, un peu plus de 3000 personnes avaient pris place sur les rangs.
Les vainqueurs
C'est Mathieu Girard qui a remporté l'épreuve reine, soit le demi-marathon de 21,1 km, en franchissant la distance en une heure 19 minutes et 1 seconde (1 : 19 : 01). Lynda Gingras a été la plus rapide chez les femmes, complétant le parcours en 1 : 22 : 34, ce qui lui a aussi valu le 4e rang, toutes catégories confondues.
« Les femmes, de plus en plus, entrent dans la course, remarque M. Fleury. Elles entrent par le 5 km et ensuite, on les voit de plus en plus dans les longues distances. Il y a quelques années, on avait peut-être 65 % hommes et 35 % femmes aux longues distances. »
Dans les épreuves de course, au 21,1 km, elles étaient pratiquement aussi nombreuses que leurs collègues masculins sur les lignes de départ. Au 10 km, elles étaient 548 comparativement à 386 ; au 5 km, 429 contre 218.
Les organisateurs ont par ailleurs observé une hausse marquée du nombre de participants sur les parcours de 10 et de 21,1 km en course à pied. 
Seule ombre au tableau : M. Fleury déplore que la Ville n'ait pas avisé l'organisation de la tenue des travaux dans la rue Saint-Jacques, ce qui a nécessité un changement de parcours à la dernière minute et, par conséquent, des modifications aux assignations des bénévoles et aux demandes aux policiers. Les participants aux parcours du 10 km et du 21,1 km ont dû bifurquer et longer les chantiers. Celui du 10 km a été légèrement modifié, notamment en raison des travaux sur la rue Lansdowne.
Vent de face
Notons enfin que les conditions météo étaient presque optimales pour les distances de 21,1 km et 5 km, et encore meilleures pour le 10 km. La différence réside dans le temps passé sur la rue Drummond, entre le Centre d'interprétation de la nature et le fil d'arrivée, explique Patrick Billette, directeur technique des Courses thématiques. La fraîcheur et le vent de face ont ralenti un peu le tempo des coureurs, parfois jusqu'à deux minutes. A contrario, le 10 km se déroulait souvent sous la protection des arbres.
Du nouveau dans l'organisation
Les Courses thématiques, qui sont derrière le Tour du lac Brome et le Trail de Pâques de Bromont, pour ne nommer que ceux-là, coorganisaient pour la première fois le Demi-marathon de Granby avec Stéphane Aubin et Tina Michaud.
 « Ils nous ont demandé si on pouvait les aider et entrer dans l'organisation. Je considère que ce n'est pas encore une Course thématique parce qu'on a gardé le set-up que Stéphane et Tina avaient monté, mais on a embarqué dans certains dossiers, explique Éric Fleury. On va avoir un rôle plus important dans les prochaines années. C'est beaucoup pour deux personnes. Je leur lève mon chapeau parce que je me demande même comment ils ont fait tout en travaillant à temps plein. »
Ce changement dans l'organisation a permis d'apporter certaines nouveautés, comme le transfert de dossard d'une personne à l'autre. Par contre, le service a été tellement populaire que M. Fleury songe à demander des frais administratifs de 5 $ à l'avenir. « Il y en a trop, dit-il. C'est 90 % des appels dans la dernière semaine. C'est quelqu'un que je paie qui fait ça. »