La préenquête du coroner en lien avec la mort tragique de la fillette de sept ans a débuté lundi.

Le coroner entame la préenquête sur le décès de la fillette

La coroner Me Géhane Kamel a entamé lundi sa préenquête en lien avec la mort tragique de la fillette de sept ans à Granby.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, avait demandé, le 2 mai dernier, à la coroner en chef, Me Pascale Descary, de procéder à une enquête publique pour « déterminer les causes probables de cette mort et formuler des recommandations pour éviter des morts semblables ».

La préenquête vise à documenter le dossier et à planifier les étapes à venir.

« Ce n’est qu’au terme de cette préenquête que l’enquête publique pourra commencer et que la date et le lieu des audiences pourront être fixés », est-il indiqué dans un communiqué de presse émis par le Bureau du coroner.

Toutefois, ceux qui voudront assister à l’enquête publique devront s’armer de patience, puisqu’elle aura lieu seulement à la fin des procédures judiciaires, ce qui prendra plusieurs mois, voire plusieurs années.

« Rappelons que l’enquête publique et l’audition des témoins visent à faire la lumière sur les causes probables et les circonstances du décès de la fillette », rappelle le Bureau du coroner.

La mort de la fillette de sept ans a créé une onde de choc à travers la province. La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de l’Estrie a été pointée du doigt dans cette affaire, si bien que le directeur de la protection de la jeunesse au CIUSSS de l’Estrie, Alain Trudel, a été relevé de ses fonctions.

Rappelons que la petite victime a été retrouvée ligotée et dans un état critique dans une résidence privée de Granby, le 29 avril. Elle a été transportée à l’hôpital où elle a reposé dans le coma durant plusieurs heures, avant de rendre l’âme le lendemain.

Son père et sa belle-mère ont été arrêtés peu après et font l’objet d’accusations criminelles.