La construction des nouvelles installations du marché public devrait être lancée au printemps.

Le contrat pour le marché public de Granby plus élevé que prévu

Les coûts de construction du marché public à Granby seront finalement plus élevés que prévu. Un contrat de 1,3 million de dollars a récemment été accordé, alors que l’enveloppe du projet était d’un million.

Le contrat a été octroyé à Groupe Drumco construction. L’entreprise de Drummondville a déposé la plus basse des six soumissions reçues.

Si la majorité des élus a donné le feu vert à ce contrat, le conseiller municipal Éric Duchesneau a fait cavalier seul dans ce dossier en s’y opposant. Il affirme être d’emblée en accord avec l’aménagement d’un toit permanent pour le marché public à la place Johnson. Le montant du contrat le fait toutefois sourciller.

« On a toujours dit qu’on y allait pour 1 million $ et qu’on ne dépasserait pas ça. On a décidé d’ajouter des options et il y a peut-être encore des aménagements à faire. Il y a aussi une subvention, qui est un bon pourcentage, qui est loin d’être garantie. [...] Je me suis opposé pour respecter ce qu’on avait dit dans le passé, qu’on le faisait pour un montant d’un million $ », a fait valoir le conseiller du district 8.

Son homologue à la table du conseil, Alain Lacasse, relève toutefois qu’il a été suggéré en cours de route d’ajouter des murs de toile amovibles. Cet élément devrait faire en sorte que la structure sera davantage complète et qu’il ne sera pas nécessaire « de revenir plus tard ».

L’option d’un éclairage au sol a aussi été retenue par le conseil municipal, ce qui a fait grimper la facture.

Dans le budget

« Si on fait le calcul des taxes qui vont revenir et des subventions qu’on va avoir, on va arriver à un million $ », a lancé le conseiller municipal Robert Vincent à un citoyen, Richard Dubé, qui a relevé la progression des coûts dans ce projet.

Le projet a connu différentes moutures au fil du temps. D’abord piloté par la corporation du marché public, il a par la suite été pris en charge par la Ville. L’option d’un chapiteau autoportant a été évoquée à quelques reprises. Mais la construction d’une structure en bois, construite à l’instar d’un dôme, est dorénavant privilégiée.

Si tout se déroule comme prévu, la construction sera lancée au printemps afin que tout soit complété vers la fin du mois de juin ou au début de juillet, relève le directeur des travaux publics, François Méthot-Borduas.

Un plan a été élaboré pour planifier le début des activités du marché public, en fonction des travaux, assure-t-il.