L'accroissement du nombre d'aires protégées à Bromont est un des dossiers auquel tient le plus Pierre Distilio, qui sollicitera un second mandat comme conseiller dans le district 1.

Le conseiller Pierre Distilio est «très fier» de son bilan

C'est avec le sentiment du devoir accompli que Pierre Distilio aborde la dernière ligne droite de son mandat de conseiller municipal à Bromont. Il compte d'ailleurs renouveler l'expérience pour représenter les citoyens de son quartier, Mont-Soleil.
Pierre Distilio n'est pas le genre à vouloir diriger les projecteurs vers lui. En tant que conseiller, il se voit comme faisant « partie d'un tout ». « J'aime bien la terminologie "nous". Parce qu'être conseiller, c'est avant tout un travail d'équipe, a-t-il indiqué. C'est impossible de faire avancer les choses en travaillant en solo, sans écouter les autres. [...] J'ai bien aimé ma première expérience et je peux dire que je suis très fier de mon bilan. Mais il y a une partie de cette réussite qui vient de mes collègues. Et c'est important de le souligner. »
Bien qu'il veuille travailler en continuité dans les dossiers amorcés au cours des quatre dernières années, le représentant du district 1 a mentionné que le « vent de changement » à l'hôtel de ville, notamment à la mairie, est un argument de taille pour l'inciter à briguer à nouveau les suffrages. À ce chapitre, Pierre Distilio ne cache pas avoir une préférence envers son actuel collègue au conseil municipal Louis Villeneuve pour succéder à Pauline­ Quinlan.
Or, il estime que son expérience se marierait bien avec l'arrivée de « sang neuf » au sein du conseil municipal. « C'est important d'avoir un certain équilibre parmi les élus. Tu ne peux pas seulement avoir des gens qui commencent. [...] J'ai été épaulé quand je suis arrivé pour mieux comprendre comment les choses fonctionnent et les subtilités dans certains dossiers. Je serai le seul avec Réal Brunelle (qui devrait solliciter un nouveau mandat) qui a l'expérience pour le faire à mon tour », a-t-il fait valoir. 
Réalisations
Si on lui demande de nommer une des belles réalisations pour lesquelles il a milité au cours des dernières années, Pierre Distilio répond sans hésiter : « 1000 acres », faisant référence à la superficie du territoire protégé pendant son mandat.
La conservation de la nature lui tient tellement à coeur qu'il compte donner 500 arbres aux citoyens durant sa campagne, comme il l'avait fait en se présentant initialement. « Au-delà des paroles et des convictions, il faut agir, a-t-il dit. Donner un arbre, c'est une façon de démontrer aux citoyens l'importance de reboiser. On n'a pas le choix, surtout dans mon secteur à cause des déversements d'eau qui viennent de la montagne. »
Le fait que la Société de développement économique de Bromont­ (SODEB) ait maintenant les « coudées franches » pour réaliser des projets engendre des résultats concrets, ce qui est un point très positif, a-t-il souligné. « Je crois vraiment à la SODEB parce que les actions posées ont des impacts dans la vie des gens. C'est une organisation qui amène de nouveaux emplois en attirant des entreprises à Bromont. De l'autre côté, ça permet entre autres de baisser le fardeau (taxation) au plan résidentiel grâce aux gains qu'on fait dans le secteur industriel », a mentionné celui qui chapeaute comme élu les dossiers budget, finances et ressources humaines, ainsi que développement commercial et urbain. 
Écoute et disponibilité
Le représentant du quartier Mont-Soleil estime avoir plusieurs qualités qui font de lui un bon élu. Parmi celles-ci, deux sortent du lot. « J'ai une très bonne écoute. C'est primordial comme conseiller. Et je suis aussi disponible pour les citoyens. Tu me laisses un message et en dedans de quatre heures, tu as une réponse. »
Parmi ses priorités s'il est réélu figure le dossier « villes intelligentes », qu'il pilote actuellement. « Bromont s'affiche depuis l'an 2000 en tant que "ville branchée". On a fait beaucoup de chemin dans ce sens, mais on a toujours 300 citoyens qui n'ont pas accès [à internet haute vitesse]. C'est un dossier dans lequel je suis impliqué et que je veux mener à terme », a affirmé celui qui oeuvre depuis des années dans le domaine des télécommunications.
Pierre Distilio croit par ailleurs que Bromont doit davantage avoir recours aux médias, toutes catégories confondues, pour mieux « informer et sensibiliser » la population.
Encourager le transport actif et boucler la connexion de plusieurs tronçons de rues dans son secteur avec les réseaux cyclable et pédestre sont également sur sa liste. « On a la chance de vivre dans une ville dynamique, en mouvement, a-t-il dit. Il faut absolument trouver les ingrédients pour que ça se poursuive dans les années à venir. »