Le conseiller Jean-Luc Nappert remettra l’allocation de transition à laquelle il aura droit lorsqu’il quittera la politique, a-t-il laissé savoir mardi.

Le conseiller Nappert renonce à l'allocation de transition

Le conseiller municipal Jean-Luc Nappert remettra à des organismes locaux l’allocation de transition qu’il recevra lorsqu’il quittera la politique, en plus de l’augmentation de salaire de 17,5 % que les élus granbyens souhaitent s’accorder, a-t-il laissé savoir mardi.

Le représentant du district 2 a tenu à mettre les choses au clair après que le maire Pascal Bonin lui ait fait remarquer, lundi soir, durant la séance ordinaire du conseil, qu’il faisait « les choses à moitié » en refusant son augmentation de salaire, mais pas l’allocation de transition, alors qu’il s’était positionné contre l’octroi de celle-ci — pour les conseillers municipaux, mais non le maire — par le passé.

« Lorsque je terminerai mon mandat de conseiller municipal, je prendrai action [sic]. C’était déjà prévu dans mon plan de match. Il n’est pas question de faire les affaires à moitié ou pas. C’est clair que ça va de pair avec les augmentations. Et je l’ai déjà dit ouvertement à bien du monde que lorsque je terminerai, je verserai mon allocation de transition à des organismes », affirme le conseiller Nappert.

Celui-ci a été le seul élu à s’opposer à la révision à la hausse de leur rémunération en 2018 — de 15 % pour le maire et de 17,5 % pour les conseillers. Une augmentation qu’il a qualifiée de « nettement exagérée ».

C’est dans la foulée du dépôt d’un avis de motion en ce sens, lundi, que Jean-Luc Nappert a déclaré vouloir remettre l’équivalent de la hausse salariale à des organismes qui lui tiennent à cœur, dont la Fondation pour la sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska, les fondations Ma vie en main et Gérard Bossé, le Centre de prévention du suicide, de même que le projet de pédiatrie sociale qui doit voir le jour à Granby. Les montants restent pour l’heure à préciser.

Le conseiller municipal a cependant relevé ne pas renoncer à l’indexation annuelle de 2 % qui sera appliquée à la rémunération des élus à compter de 2019.

L’allocation de transition versée aux élus lorsqu’ils quittent de façon volontaire au terme d’un mandat ou après une défaite représente trois mois de rémunération par année de service, jusqu’à un maximum d’un an de salaire. Elle s’ajoute à l’allocation de départ prévue en vertu de la Loi sur le traitement des élus municipaux.