Le congédiement survenu l'été dernier de Thomas Harding, le chef de train impliqué dans la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic.

Le congédiement de Thomas Harding annulé, mais il ne sera pas réintégré

MONTRÉAL — Le congédiement survenu l’été dernier de Thomas Harding, le chef de train impliqué dans la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic, vient d’être annulé par un arbitre qui n’a toutefois pas ordonné qu’il soit réintégré dans son emploi.

M. Harding a été acquitté en janvier 2018 de l’accusation de négligence criminelle causant la mort qui avait été portée contre lui. Deux autres ex-employés de l’entreprise ferroviaire Montreal Maine and Atlantic (MMA) avaient d’ailleurs été déclarés non coupables en même temps que lui.

Thomas Harding avait laissé le convoi de pétrole brut pour la nuit en haut de la pente menant à la petite ville de Lac-Mégantic, le 6 juillet 2013. Or, le train a dévalé la pente, déraillé et explosé, tuant 47 personnes et détruisant une partie du centre-ville.

Après tous ces événements, M. Harding est retourné travailler pour la Central Main and Quebec Railway, qui a racheté les actifs de la Montreal Maine and Atlantic (MMA), propriétaire du chemin de fer sur lequel s’est produit le terrible accident. Il était en arrêt de travail pour des raisons médicales, mais devait retourner progressivement au travail le 5 juillet 2018. Sauf que le 27 juin, il a reçu sa lettre de congédiement. L’entreprise invoque dans cette lettre son rôle dans la tragédie ferroviaire et soutient que le «lien de confiance a été brisé».

Le syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, a alors déposé un grief pour M. Harding, dénonçant que l’employeur n’ait effectué aucune enquête sur la situation, une obligation prévue dans la convention collective.

L’employeur a fait valoir que le rapport du Bureau de la sécurité des transports (BST) sur l’accident est une enquête bien plus approfondie que celle qu’il aurait pu réaliser. Le syndicat réplique à cela que justement, le BST a identifié plusieurs facteurs ayant mené à cet accident, dont «la faible culture de sécurité chez MMA et le manque de formation des employés».

L’arbitre écarte cet argument de l’employeur: l’enquête du BST n’est pas ce qui est envisagé par la convention collective.

Dans sa décision datée du 17 janvier, l’arbitre Graham Clarke conclut donc que la décision de l’employeur de congédier M. Harding, sans enquête de quelque nature que ce soit, a rendu le congédiement nul.

Le syndicat demandait que le chef de train soit réintégré dans ses fonctions, mais vu «les circonstances de l’affaire», l’arbitre a préféré accorder une compensation financière - à être déterminée - à M. Harding.

Les parties devront maintenant négocier un montant pour le dédommager et, à défaut d’une entente, un arbitre pourra se pencher sur le dossier pour le déterminer, a expliqué le syndicat des Métallos dans un communiqué diffusé mardi. Il ne souhaite toutefois pas commenter le dossier, vu que les négociations doivent se poursuivre avec l’employeur.