Carol Filion, directeur général adjoint aux programmes sociaux et de réadaptation du CIUSSS de l'Estrie.

Le CIUSSS précise le projet de CHSLD à Granby

Quelques questions sont demeurées en suspens concernant la construction d'un nouveau CHSLD à Granby, annoncé mercredi par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. Des dirigeants du CIUSSS de l'Estrie ont pris la balle au bond pour préciser les balises de ce projet, qui devrait voir le jour d'ici un an et demi.
« C'est une très belle et grosse nouvelle. Ce n'était pas gagné d'avance il y a un an. [...] Ça nous a beaucoup aidés que le projet soit soutenu par la Ville, la communauté et la Fondation [du centre hospitalier de Granby] », a indiqué vendredi lors d'une mêlée de presse Carol Filion, directeur général adjoint aux programmes sociaux et de réadaptation du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie.
Le projet consiste à transférer 64 lits du Centre Leclerc, sis à même l'hôpital de Granby. On parle donc d'un ajout de 32 places en centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).
Or, ce nouvel établissement ne pourra pas répondre à l'ensemble des besoins de la région, a confirmé vendredi Sylvie Moreau, responsable du programme de soutien à l'autonomie des personnes âgées au CIUSSS. « Pour le territoire de la Haute-Yamaska, actuellement, on a un chiffre qui oscille entre 50 à 60 personnes en attente de places en CHSLD. »
Comme mesure transitoire, un partenariat au privé a été réalisé pour qu'une vingtaine d'usagers soient pris en charge aux Résidences Cowansville CRP, a-t-elle ajouté.
Mme Moreau a par ailleurs laissé savoir que la hausse des cas de violence en CHSLD demeure « une préoccupation majeure pour nous ». « On a l'opportunité de construire un nouvel établissement, c'est clair que ça fera partie de nos préoccupations importantes. On va voir comment on peut répondre plus efficacement à ce type de besoins pour le territoire de la Haute-Yamaska », a-t-elle fait valoir.
Appel d'offres
Aucun budget n'est sur la table pour le moment pour la construction du CHSLD de 96 places. Une nouvelle approche est plutôt préconisée dans le cadre du lancement imminent de l'appel d'offres au privé, avait indiqué le ministre Barrette en entrevue à La Voix de l'Est mercredi. « Ce n'est pas un projet qui se fera en mode traditionnel. Au cours des trois dernières années, on a développé une nouvelle façon de faire dans le cas des plus petits CHSLD (moins de 100 places). [...] Normalement, on indique aux éventuels soumissionnaires de quoi a l'air la piste d'atterrissage. On s'est rendu compte qu'en allant en appel d'offres [sans donner de budget], on arrive à une construction de qualité, mais à un prix moindre », disait-il. 
La même formule sera appliquée pour le choix de l'emplacement du nouveau centre d'hébergement, a soutenu vendredi Carol Filion, réitérant que celui-ci devrait être érigé « à proximité du centre-ville ». « Ça fait partie des choses que l'on ne connaît pas. [...] C'est le promoteur qui doit identifier le terrain et nous faire une proposition qui sera conforme à l'appel d'offres que l'on fait. »
Pierre angulaire
En entrevue à La Voix de l'Est mercredi, le maire de Granby, Pascal Bonin, indiquait que l'ouverture du nouveau CHSLD sera en quelque sorte la pierre angulaire qui permettra que se concrétisent deux autres projets : l'unité Mère-Enfant et la mise à niveau de l'aile des soins intensifs.
Ce qu'a corroboré M. Filion vendredi. « On sait que c'est possible de réaliser nos autres projets dans l'espace qui sera laissé vacant. [...] Si tout va bien, on souhaite pouvoir livrer des services efficaces à la population dans un ordre de grandeur d'environ trois ans », a-t-il précisé.
M. Filion a par ailleurs assuré que le projet du centre d'hébergement à Granby n'engendrera pas « de perte d'emploi clinique ». « Mais oui, il y a du personnel [du CHG] qui pourrait être appelé à travailler au nouveau CHSLD », a-t-il renchéri.