Le ministre des Transports, responsable de l’Estrie et député de Granby, François Bonnardel, milite depuis des années pour le transfert des services de santé en Estrie.
Le ministre des Transports, responsable de l’Estrie et député de Granby, François Bonnardel, milite depuis des années pour le transfert des services de santé en Estrie.

Le CIUSSS de l’Estrie rapatrie tous les services de santé

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
L’ensemble des services de santé dans les réseaux locaux de services (RLS) de la Haute-Yamaska et La Pommeraie seront pris en charge par le CIUSSS de l’Estrie, a appris La Voix de l’Est. Québec a autorisé le transfert d’une série de services spécialisés qui sont toujours liés à la Montérégie, notamment en réadaptation. Les pourparlers en ce sens sont toutefois sur la glace dans le contexte de pandémie.

Le ministre des Transports et responsable de l’Estrie, François Bonnardel, travaille sur ce dossier depuis des années. C’est avec enthousiasme qu’il entrevoit son aboutissement.

«C’est important que tous les services en santé soient regroupés de notre côté en Estrie, a mentionné en entrevue le député de Granby. C’est juste une question de temps avant que l’on soit en mesure de finaliser les travaux et faciliter la tâche à tous les intervenants dans le réseau.»

Étant donné le contexte actuel, il est toutefois difficile de se prononcer sur une date pour officialiser le transfert des services spécialisés dans le giron estrien.

«J’aurais aimé qu’à la fin de 2020, on puisse mettre le dossier derrière nous. Mais en ce moment, je ne peux assurer de rien. Je dis aux gens d’être patients. On va y arriver une fois que l’on retrouvera une certaine forme de normalité dans le réseau de la santé», a dit François Bonnardel, qui fait partie de la cellule de gestion de crise au sein du gouvernement du Québec.

Boucler la boucle

Le préfet de la MRC de la Haute-Yamaska, Paul Sarrazin, voit d’un bon oeil le dénouement de cet épineux dossier. Une façon de «boucler la boucle». «Le transfert des soins spécialisés en Estrie est une excellente nouvelle en soi. Autant pour le personnel que pour les usagers. Enfin, on va régler cette situation qui perdure depuis des années.»

Son collègue dans Brome-Missisquoi, Patrick Melchior, est du même avis. «On ne peut pas avoir les trois quarts d’un ministère à un endroit et le quart à un autre, a imagé le préfet. Le transfert de tous les services de santé vers l’Estrie est une bonne affaire. Il faut que ça se fasse.»

À LIRE AUSSI: Transfert vers la Montérégie: «C’est illogique», déplore un employé en réadaptation

Le CIUSSS de l’Estrie n’a pas donné suite à notre demande d’entrevue vendredi, mais l’organisation a brièvement commenté par courriel.

«Lors de la réforme du réseau de la santé en 2015, les services spécialisés en dépendance, en déficience intellectuelle, en trouble du spectre de l’autisme et en déficience physique offerts aux usagers des (RLS) de la Haute-Yamaska et la Pommeraie (Brome-Missisquoi) sont demeurés en Montérégie. Le transfert de ces services a été autorisé par le ministère de la Santé [...] afin de permettre au CIUSSS de l’Estrie – CHUS d’assumer sa pleine responsabilité populationnelle dans ces deux territoires. [...] La priorité est de prendre le temps nécessaire afin de s’assurer d’une continuité des soins et services pour les usagers et de bien soutenir le personnel.»

Le CISSS de la Montérégie Ouest n’a pas rappelé La Voix de l’Est concernant ce dossier.

Projet-pilote

Le syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de la Montérégie Ouest – Estrie, affilié à la CSN, estime pour sa part que le transfert des services spécialisés en santé vers l’Estrie n’est pas souhaitable.

«On se sentirait noyés dans le CIUSSS, a fait valoir le président syndical intérimaire, Jonathan Tétreault, qui représente le personnel en réadaptation dans les réseaux locaux de services de la Haute-Yamaska et La Pommeraie. D’ailleurs, la mission hospitalière prend beaucoup plus de place au CIUSSS de l’Estrie qu’au CISSS de la Montérégie Ouest.»

Selon M. Tétreault, un sondage mené auprès des membres du syndicat en octobre dernier, et l’assemblée qui a découlé, a cristallisé ce refus d’un transfert. Il n’a toutefois pas été possible d’obtenir les résultats des votes à ce sujet. Or, le statu quo n’est pas une option, a-t-il souligné à grands traits.

Un avis que partage le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (CSN), Jeff Begley. «Est-ce qu’on va prendre le risque de transférer les services [spécialisés] au CIUSSS de l’Estrie? On n’est pas convaincus que ça va régler les problèmes. Au contraire. C’est un autre changement de structure.»

M. Begley préconise un retour à une formule similaire aux anciennes agences de santé, abolies en 2015. «On a proposé au ministère de la Santé de faire un projet pilote», a-t-il évoqué. Il s’agirait en fait de créer une organisation à la fois «indépendante et autonome» en ce qui a trait à la gestion du personnel et des finances, par un conseil d’administration distinct.

Selon M. Begley, il est «urgent» que les pourparlers dans ce dossier progressent. Il cite notamment en exemple la situation «déplorable» qui prévaut au sein du personnel du centre de réadaptation en déficience intellectuelle et trouble du spectre de l’autisme (CRDI) de Granby.

«Le CRDI était un leader au Québec dans son domaine avant la dernière réforme en santé. Depuis ce temps, on constate un désarroi énorme chez les employés parce qu’ils se sentent abandonnés dans le système actuel.»