Le maire Pascal Bonin dit vouloir discuter du projet de ciné-parc de l’Attelier Archibald avec le conseil municipal, avant qu’un feu vert soit donné.
Le maire Pascal Bonin dit vouloir discuter du projet de ciné-parc de l’Attelier Archibald avec le conseil municipal, avant qu’un feu vert soit donné.

Le ciné-parc de l’Attelier Archibald n’a pas encore le feu vert

Le ciné-parc que souhaite lancer le propriétaire de l’Attelier Archibald dans le stationnement de son restaurant n’a pas encore le feu vert de la Ville de Granby. Le projet était inscrit à l’ordre du jour de la dernière séance du conseil municipal, mais il a été retiré à la dernière minute.

«Je veux en parler avec le conseil municipal», a fait valoir le maire, Pascal Bonin, au terme de la séance, à l’occasion d’une mêlée de presse tenue par vidéoconférence, pour expliquer le retrait du sujet.

Le maire a affirmé avoir certaines interrogations, notamment en matière «de zonage, de droits et d’équité avec les autres».

«Je ne suis pas contre les initiatives privées, mais ça [le projet] demande des classes d’usages qu’il n’a pas», a avancé Pascal Bonin, souhaitant d’abord faire des vérifications avec le service d’urbanisme.

Le propriétaire de l’Archibald, Martin Gagnon, est tombé des nues mardi lorsque La Voix de l’Est lui a fait part des commentaires du maire. Il affirme avoir été en contact la semaine dernière avec un urbaniste de la Ville afin d’être sûr que son projet pourrait aller de l’avant.

Martin Gagnon ne baisse pas les bras

Martin Gagnon n’entend toutefois pas baisser les bras. «Je suis quelqu’un qui n’abandonne pas. On va juste travailler plus fort. On va tout mettre en place pour que ça passe et que ça soit accepté», a-t-il commenté.

Dès que cela sera possible, le restaurateur souhaite transformer, deux fois par semaine, les dimanches et lundis, le stationnement de l’Attelier Archibald, situé rue Saint-Jacques, en ciné-parc. Les places seraient numérotées. Un seul film serait présenté. Différents forfaits gourmands du restaurant pourraient être achetés d’avance par le biais d’une plateforme de paiement en ligne. Il est aussi projeté de remettre l’argent amassé avec la vente des billets à des organismes locaux.

«C’est pas mal la seule activité qu’on va pouvoir faire. On va y aller avec le voisin, mais chacun dans son auto!», a lancé Martin Gagnon en entrevue la semaine dernière lorsqu’il a annoncé son projet.