Une quarantaine de places étaient disponibles chez Cidrerie Milton pour assister aux ateliers sur la fabrication de cidre maison.

Le cidre: à la maison comme en boutique

La Cidrerie Milton a ouvert les portes de sa salle de pressage, samedi, pour une journée spéciale mettant le cidre en vedette. Une quarantaine de personnes y ont reçu une formation pour apprendre à produire leur propre cidre à la maison.

Il s’agissait de la deuxième Journée cidre maison, organisée par l’équipe de la cidrerie de Sainte-Cécile-de-Milton. Le but avoué de cet événement était de démocratiser le cidre et de créer un enthousiasme contagieux autour de cette boisson qui gagne à être connue.

« Il se boit 0,4 litre de cidre par année par personne, rappelle le copropriétaire de la Cidrerie Milton, Marc-Antoine Lasnier. Pour la bière, il se boit 83 litres par année. L’important, c’est que les gens comprennent c’est quoi le cidre. Les participants vont en faire et vont probablement le faire goûter à leurs amis et tous vont peut-être devenir de nouveaux consommateurs. Mon but est que plus de gens boivent plus de cette boisson-là. C’est super logique qu’on en produise au Québec, parce que la pomme est notre fruit national ! »

Éric Vincent, un ancien enseignant qui travaille pour la Cidrerie Milton depuis deux ans, a décortiqué la fabrication du cidre durant deux ateliers.

M. Lasnier ne craint pas que les cidriculteurs en herbe fassent mauvaise presse au cidre en ratant leur recette. Aussi, il se fait rassurant pour les étudiants d’un jour et leurs proches. « Éric part de zéro et va même faire goûter des erreurs qu’il a lui-même faites avec certains cidres. Oui, on peut se tromper, et je pense que tout le monde va se tromper. Un peu comme on a fait. Mais je pense qu’il n’y aura rien d’horrible de fait par les consommateurs. »

Faciliter le travail

Sur place, les participants pouvaient exceptionnellement acheter le jus de quatre variétés de pommes — McIntosh, Empire, Honeycrisp et Reinette Russet (une pomme à cidre) — ainsi que quelques articles indispensables à la fabrication du cidre. 

« On vend les jus parce que l’étape du pressage est assez complexe, alors on veut rendre ça plus simple pour ceux qui veulent commencer rapidement, insiste M. Lasnier. Ces jus-là sont disponibles seulement aujourd’hui [samedi]. L’enjeu, c’est que le jus est très fragile, alors il faut qu’il soit très bien utilisé dans le temps. Au lieu d’en refaire souvent, on a décidé de concentrer ça dans une journée. On pense que dans quatre ou cinq ans, ça va créer un rendez-vous où les gens vont venir chercher leur jus. »

Pour faire son propre cidre sans acheter le jus, il est nécessaire de presser les pommes, un procédé plutôt délicat. Le conférencier Claude Jolicoeur a malgré tout montré aux personnes présentes une façon de fabriquer leur propre pressoir.

Passionné de cidre depuis 30 ans, M. Jolicoeur est aussi un ingénieur et un docteur en génie mécanique qui a fait carrière en enseignement et en recherche universitaire. Il travaille actuellement à la recherche et à l’évaluation de variétés de pommes à cidre pouvant résister au climat québécois. Il est aussi auteur et juge lors de concours internationaux.

M. Jolicoeur a également parlé de son voyage au Kazakhstan réalisé il y a deux ans. « Il est l’un des ambassadeurs du cidre en Amérique du Nord, explique M. Lasnier. Il raconte son voyage au Kazakhstan, qui est l’épicentre de la pomme dans le monde. »

Panquébécois

Avec une brochette d’invités et d’ateliers aussi intéressants, Marc-Antoine Lasnier souhaite propager au plus grand nombre l’enthousiasme entourant la pomme.

À court terme, il veut tenir ce genre de journée à l’échelle de la province. « Dès la semaine prochaine, je suis en session avec d’autres producteurs pour qu’ils puissent faire le même genre d’événement chez eux afin qu’on puisse créer un enthousiasme global autour du cidre. J’ai des collègues qui le font déjà, mais on va créer un nom et une plateforme. En tant que président de l’association, je tente d’avoir une vision commune de l’industrie. »

 Marc-Antoine Lasnier est président des Producteurs de cidre du Québec.