Entraînant des coûts de 2,2 millions $, les travaux ont démarré un peu plus tard que planifié, mais ont néanmoins respecté le nombre de semaines prévues au contrat, selon Benoit Carbonneau.

Le chantier de la rue Lansdowne tire à sa fin

L’important chantier de reconstruction des infrastructures urbaines de la rue Lansdowne à Granby tire à sa fin. Une couche d’asphalte sera appliquée cette semaine, une autre suivra l’année prochaine, a expliqué lundi le coordonnateur de la division ingénierie du service de la planification et de la gestion du territoire, Benoit Carbonneau.

Le temps commence à presser, reconnaît M. Carbonneau. Les conditions sont de moins en moins optimales pour les travaux de pavage. Mais cette étape devrait être complétée au cours des prochains­ jours, assure-t-il. 

Cela permettra de rétablir la circulation dans le secteur, où transitent entre autres de nombreux autobus scolaires qui se rendent à l’école secondaire Haute-Ville. Mais cela ne mettra pas un point final au projet, car l’entrepreneur continuera au cours des prochaines semaines — et possiblement au printemps — à effectuer la réparation des terrains privés, endommagés par les travaux d’excavation et la réfection des trottoirs.

Entraînant des coûts de 2,2 millions $, les travaux ont démarré un peu plus tard que planifié, mais ont néanmoins respecté le nombre de semaines prévues au contrat, selon Benoit Carbonneau. Ils visaient à remplacer la conduite d’égout unitaire par deux conduites séparées, l’une pour les eaux usées et l’autre pour les eaux pluviales. Le diamètre de la conduite d’aqueduc a été augmenté entre l’école secondaire et la rue Elm afin d’augmenter le débit et la pression dans le secteur. Le réseau d’aqueduc a aussi été bouclé avec la rue Elm.

Une première couche d’asphalte devrait être appliquée cette semaine sur la rue Lansdowne. L’autre suivra l’an prochain.

Envergure 

« Mais le but premier des travaux était vraiment de séparer les réseaux pour diminuer les risques de débordement au poste de pompage Drummond ou à notre déversoir, près de Drummond et Lansdowne. (...) On avait un gain rapide sur les débordements. C’est pour ça qu’on est intervenu ici », précise le coordonnateur de la division ingénierie. 

La présence de roc étant importante dans le secteur, des travaux de dynamitage ont été réalisés à quelques reprises dans le cadre de ce projet. « Les tranchées sont plus larges et, avec trois conduites, plus profondes que ce qui existait », dit Benoit Carbonneau.

Selon lui, le projet était « complexe » par son envergure, alors qu’il s’est déroulé sur une distance de 830 mètres, incluant la rue Elm (entre Lansdowne et Grove), mais les opérations qui y ont été réalisées demeurent « standards ». 

Dans l’opération, un îlot central a été retiré, près de l’intersection des rues Elm et Lansdowne. Il sera remplacé par une avancée de trottoir qui inclura un aménagement particulier, dont les plans restent à compléter, note M. Carbonneau. 

Détail : Hydro-Québec devra déplacer un poteau rue Lansdowne, car actuellement, il se trouve... au beau milieu du trottoir. Comme il est possible que cela ne soit pas effectué avant le printemps et que le poteau est du côté du trottoir habituellement déneigé, l’autre côté sera dégagé cet hiver, souligne Benoit Carbonneau. 

Signe du retour à la normale : les résidants de la rue Lansdowne sont branchés sur la nouvelle conduite d’aqueduc depuis jeudi, après avoir été alimentés par un réseau d’eau potable temporaire au cours de l’automne.