Le Centre Notre-Dame a brillé de façon peu commune lundi soir. Mais il s’agissait de tests. Les citoyens devront attendre avant de revoir le clocher illuminé s’élever dans la nuit.
Le Centre Notre-Dame a brillé de façon peu commune lundi soir. Mais il s’agissait de tests. Les citoyens devront attendre avant de revoir le clocher illuminé s’élever dans la nuit.

Le Centre Notre-Dame éclairé: une histoire d’un soir

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le Centre Notre-Dame a brillé d’une façon peu commune lundi soir, alors que le clocher et les vitraux de l’ancienne église de la rue Principale se sont parés de différentes couleurs. Mais le spectacle ne se reproduira pas à court terme. Des tests étaient effectués, affirme le maire de Granby.

«C’est super beau. C’est prêt. Mais on ne le lancera pas tout de suite. Le moment serait mal choisi», estime Pascal Bonin.

Ce dernier craint que cette nouveauté au centre-ville incite des citoyens à se déplacer pour constater le résultat. Et cela pourrait être propice à des rassemblements. «En cette période de pandémie, les rassemblements sont bien la dernière chose que je veux», fait valoir le maire.

Pour le moment, ce qui est important, selon lui, c’est que les citoyens respectent les consignes gouvernementales en matière de distanciation.

Le Centre Notre-Dame pourrait bien afficher sa nouvelle allure nocturne lorsque les mesures de confinement seront levées, avance Pascal Bonin. Cela pourrait donner un coup de main pour stimuler le retour de l’activité économique au centre-ville, calcule-t-il.

Selon lui, l’éclairage de l’endroit, devenu une salle multifonctionnelle accessible au public, représente en quelque sorte l’un des derniers morceaux, «le wow!», de cet ambitieux projet qui a permis de transformer le lieu de culte. Le Cégep de Granby y a aussi ses quartiers, alors que les techniques de génie mécanique et de génie industriel y sont offertes dans une autre portion de l’édifice, baptisée Pavillon Notre-Dame, dont dans l’agrandissement réalisé à l’arrière.

Les coûts finaux des travaux qui se sont étirés sur deux ans n’ont pas encore été détaillés, mais ils avoisinent 14 ou 15 millions $, dont 10 millions $ sont assumés par la Ville, avait avancé le maire à l’automne 2019.

En marge du chantier majeur

Le projet d’éclairage extérieur de l’ancienne église a été réalisé en marge du chantier majeur. Le Granbyen Jessy Brown en a fait la conception. C’est d’ailleurs lui qui a réalisé différentes expériences lundi soir, a-t-il confirmé.

«C’est programmé dans mon visualisateur et je voulais voir si ça marche», a-t-il expliqué, visiblement satisfait du résultat.

L’éclairage de l’immeuble est aussi en lien avec le spectacle multimédia Notre-Dame - Les passagers du temps, sur lequel Jessy Brown travaille et qui sera présenté au Centre Notre-Dame. La date de la première devant public a été fixée au 26 juin. L’événement n’a pas encore été annulé. Le photographe/vidéaste/éclairagiste demeure à l’affût de l’actualité pour la suite des choses.

Bien qu’il soit impatient de permettre aux citoyens d’admirer le résultat, Pascal Bonin dit pour sa part «rester concentré sur les directives de la Santé publique». Il ne devrait ainsi pas y avoir d’autres tests au cours des prochains jours, voire des prochaines semaines.