Le centre de dépistage permanent de Granby devrait être opérationnel en continu, sans rendez-vous, à la mi-décembre.
Le centre de dépistage permanent de Granby devrait être opérationnel en continu, sans rendez-vous, à la mi-décembre.

Le centre de dépistage temporaire de Granby deviendra permanent

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Après des semaines de tractations, Granby aura son centre de dépistage permanent. Selon nos informations, des travaux sont en cours dans l’actuel centre temporaire, situé au 423 rue Principale, pour rendre les lieux aptes à recevoir la clientèle en continu, sans rendez-vous, d’ici la mi-décembre.

Alors que les éclosions de cas de COVID-19 se multiplient en Estrie, notamment dans le réseau local de services (RLS) de la Haute-Yamaska incluant Bromont, le nombre de personnes ayant passé un test de dépistage dans l’ensemble du territoire demeure très élevé. Selon le bilan de la Santé publique dévoilé lundi, du 13 au 19 novembre, 11 215 tests ont été faits, tandis que la capacité maximale quotidienne pour maintenir le bon fonctionnement dans le réseau a été établie à 1500. À l’aube du temps des Fêtes, le RLS de la Haute-Yamaska pourra donc compter sur un point de service permanent pour accueillir la clientèle ayant besoin d’un test de dépistage.

Au cours des dernières semaines, le maire de Granby, Pascal Bonin, a souligné à grands traits l’importance du retour d’un tel centre permanent dans la municipalité. Le CIUSSS de l’Estrie avait d’abord refusé, pour ensuite faire volte-face. Rappelons que le centre initialement établi au Cégep, de même que celui de Cowansville ont été fermés en juillet puisque les locaux occupés n’étaient plus disponibles. Les services de dépistage sans rendez-vous ont alors été rassemblés à Bromont.

Pour le moment, les services sont offerts dans l’immeuble de la rue Principale à Granby du lundi au mercredi de 9h à 17h, puis le jeudi et le vendredi de 10h à 18h. La prise de rendez-vous s’effectue par téléphone au 450-305-0731 tous les jours entre 8h et 20h.

Mise en garde

Le pic de 102 cas de COVID-19 enregistrés en Estrie samedi dernier, un sommet depuis le début de la pandémie, pourrait être en grande partie attribuable à une transmission entre proches, a indiqué en point de presse lundi le directeur de la Santé publique, Dr Alain Poirier. «Ça faisait moins de 10 jours qu’on venait de passer en [zone rouge], a-t-il fait valoir. Il y avait pas mal de gens qui se recevaient. Dans nos enquêtes, les gens avaient peut-être eu des contacts dans la famille. C’est une partie de l’explication.»

Le Dr Poirier a tenu à mettre la population en garde: un accroissement marqué du nombre de cas d’ici Noël pourrait forcer le gouvernement Legault à faire volte-face. «Avec les consignes de Noël, il y a un gros si. Et si on continue d’avoir des cas, l’autorisation des quatre jours, du 24 au 27 [décembre] pour faire des rassemblements de famille, pas plus que 10 personnes, pourrait ne plus être là. Dans la semaine avant, on regardera le bilan dans la province pour voir si on est certains qu’on [va de l’avant]», a-t-il spécifié. «Il faut se forcer un peu plus pour que le nombre de cas baisse», a-t-il ajouté.

Dr Alain Poirier, directeur de la Santé publique en Estrie.

Le directeur de Santé publique a également voulu dissuader les gens qui seraient tentés de passer des tests dépistages préventifs avant les Fêtes. «Ça ne sert à rien. Ce n’est pas un dépistage qui va vous protéger pour une semaine. C’est un dépistage qui regarde au moment du test s’il y a du virus. Peut-être que vous l’aurez le lendemain ou le surlendemain.»

CHSLD

Alors que certaines éclosions de COVID-19 dans des CHSLD des RLS de la Haute-Yamaska et de la Pommeraie sont en voie de se résorber, d’autres prennent de l’ampleur. C’est le cas au centre d’hébergement Villa-Bonheur de Granby. Trois nouvelles personnes sont infectées, soit un résident et deux membres du personnel. On recense donc globalement jusqu’ici 12 personnes ayant contracté le virus: neuf résidents et trois employés.

La veille d’éclosion se poursuit également au centre Marie-Berthe-Couture, également à Granby. Idem dans une aile (secteur 2) de l’hôpital Brome-Missisquoi-Perkins (BMP), à Cowansville.

De son côté, le personnel du Centre Leclerc, sis à même l’hôpital de Granby, continue son combat pour stopper l’éclosion des derniers jours. On y a dénombré à ce jour 11 résidents ayant contracté le virus, dont un est décédé, et 11 employés. Constat similaire en ce qui concerne l’aile dédiée à la clientèle en centre d’hébergement à l’hôpital BMP, où l’on compte 12 résidents et cinq membres du personnel infectés.

Rona

La succursale Rona de Granby est également sur un pied d’alerte, car un de ses employés est infecté.

«Nous avons été informés le 19 novembre qu’une personne travaillant au magasin RONA L’entrepôt situé au 200, St-Jude Nord à Granby, a reçu un diagnostic positif à la COVID-19. Cette personne a travaillé pour la dernière fois le 16 novembre. Nous prenons la situation très au sérieux. (...) Nous avons procédé à un nettoyage et à une désinfection en profondeur des lieux le 19 novembre après avoir fermé le magasin. Tous les associés qui ont été en contact étroit avec la personne infectée ont été placés en quarantaine préventive rémunérée chez eux. Nous avons aussi dûment informé les autorités locales de la Santé publique de la situation et discuté des mesures prises au magasin avec elles avant de rouvrir le magasin le 20 novembre», a indiqué l’entreprise.

Les gens qui ont visité le magasin entre le 6 et le 16 novembre doivent surveiller l’apparition de tout symptôme du virus jusqu’au 30 novembre et, le cas échéant, à passer un test de dépistage.