Le Cellier du roi s’est démarqué parmi les meilleurs restaurants à travers le globe, remportant le prix Best of Award of Excellence du magazine réputé Wine Spectator. On voit ici le directeur de la restauration et de la sommellerie de l’établissement, François Guérin, en compagnie de son bras droit, la sommelière Joanie Métivier.

Le Cellier du roi se distingue

Faisant honneur à son nom, le Cellier du roi de Bromont, affilié au grand chef Jérôme Ferrer, vient de remporter un prix prestigieux du magazine réputé Wine Spectator pour l’excellence de son offre en matière de vin.

Le Cellier du roi s’est classé parmi l’élite des restaurants à travers le globe l’an dernier en remportant le Best of Award of Excellence du Wine Spectator. L’établissement a réussi l’exploit de garder son titre en 2018.

« C’est le genre de prix que tout le monde chérit dans le métier. C’est l’apogée du succès qui permet de grandir. Ça donne énormément de notoriété au Cellier du roi. Et comme sommelier, ça donne le goût de repousser ses limites un cran plus loin en peaufinant notre carte des vins », a confié le directeur de la restauration et de la sommellerie, François Guérin.

Son bras droit, la sommelière Joanie Métivier, abonde dans le même sens. « Avoir le prix une fois, c’est une belle surprise. Mais l’avoir à nouveau, c’est en quelque sorte une confirmation de la qualité du travail. C’est extrêmement gratifiant », a renchéri la jeune femme qui fait sa marque dans cet univers.

En fait, les prix du Wine Spectator sont scindés en trois catégories : Award of Excellence, Best of Award of Excellence puis Grand Award. Le prix qu’a remporté le Cellier du roi, décerné à quelque 1200 établissements à travers la planète (une vingtaine au Québec), récompense les restaurants dont la cave regroupe plus de 350 vins différents. Cette distinction prend aussi en compte, entre autres, la finesse des accords mets et vins ainsi que la qualité du service proposé.

Effervescence
Loin de s’asseoir sur ses lauriers, le duo de sommeliers du Cellier du roi veut poursuivre sur sa lancée en bonifiant, non seulement sa cave, mais l’expérience culinaire globale qu’offre l’établissement. En ce sens, François Guérin, qui compte plus de 40 ans de métier, mise beaucoup sur sa complice. « Joanie fait sa place dans le monde de la sommellerie depuis quelques années. En obtenant le titre de Wine Master, elle pourra nous amener encore plus loin », a indiqué son mentor.

La principale intéressée se dit par ailleurs très enthousiaste pour la suite des choses. « C’est stimulant d’avoir une carte comme celle du Cellier du roi, a dit celle qui a fait ses études en sommellerie chez In Vino Veritas. Ce qui est très intéressant, c’est qu’on me laisse beaucoup de place pour donner mon opinion. »

Le chef, Emmanuel Godin, apporte également sa touche toute particulière, adoptant une approche atypique dans son créneau pour que l’accord mets et vins soit en symbiose. « Quand il est question de gastronomie, tout est une question de subtilité, de raffinement. Je préfère m’inspirer d’un vin pour faire un plat. Je suis à l’inverse de bien des chefs, a mentionné celui qui fait sa place depuis plus de trois décennies en cuisine. Les résultats sont très concluants. C’est primordial de travailler en équipe avec les sommeliers. »

De son côté, François Guérin a déjà quelques idées pour la suite des choses. « On a déjà une carte des vins internationale, mais on mise principalement sur la France et l’Italie. Je veux me démarquer encore plus en ayant davantage de produits de l’Espagne, entre autres, a-t-il dit. Pas de doute que l’on veut maintenir la cadence pour avoir à nouveau les honneurs du Wine Spectator en 2019. »