Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Enseignants au Cégep de Granby, Frédéric Tessier et Annie Dutil ont décroché une bourse du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour leur projet de recherche sur la pédagogie dans la nature.
Enseignants au Cégep de Granby, Frédéric Tessier et Annie Dutil ont décroché une bourse du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour leur projet de recherche sur la pédagogie dans la nature.

Le Cégep se penche sur l’enseignement à l’extérieur

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Avec l’arrivée du beau temps et le besoin de s’oxygéner, la pédagogie dite «en milieu naturel» gagne des adeptes.

Mais peu de recherches ont été faites à ce sujet au niveau des études supérieures. Une lacune à laquelle le Cégep de Granby va remédier.

Les enseignants en éducation spécialisée Annie Dutil et Frédéric Tessier sont lauréats d’une bourse de 14 000 $ du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur pour leur projet Expérimentation de la pédagogie expérientielle en milieu naturel au collégial. Voilà qui sent l’expérience...

«Avec l’augmentation du temps passé devant les écrans de toutes sortes, il est plus important que jamais d’amener les étudiants dehors pour apprendre dans un contexte naturel, indique Frédéric Tessier. Dans notre pratique, nous avons vu que les bénéfices de la nature sont nombreux: augmentation de la créativité et de la concentration, réduction du stress et diminution des symptômes du déficit d’attention.»

Grâce à cette pédagogie expérientielle, «l’enseignant met en place une situation pendant laquelle les étudiants se mettent en action», dit Annie Dutil. «Par la suite, il leur fait prendre connaissance des apprentissages réalisés et les aide à les relier à des concepts théoriques.»

M. Tessier et Mme Dutil estiment qu’il est plus important que jamais d’examiner les avantages et les inconvénients de différentes approches pédagogiques en période pandémique. Un comité du cégep s’affaire d’ailleurs déjà à identifier des sites situés à proximité du cégep, comme dans la cour intérieure, près de l’entrée principale ou au parc qui jouxte le Centre Notre-Dame.

Le développement des espaces verts fera également partie des plans du cégep.

«Ce vaste projet d’enseignement dans la nature, appuyé par la présente recherche, donnera une couleur intéressante aux diplômés en éducation spécialisée du Cégep de Granby, dit Samia Plante, directrice adjointe aux programmes et aux ressources à l’enseignement. L’initiative pourrait même contribuer à la persévérance et la réussite des études collégiales.»

Peu appliqué

Bien que la pédagogie en nature ne soit pas nouvelle — le concept a été édicté une première fois au Royaume-Uni en 1941 et s’étend de plus en plus — il est jusqu’à présent peu appliqué dans les études supérieures.

Plusieurs écoles primaires et services de garde l’utilisent toutefois, d’autant plus que les cas de myopie, de surpoids, de trouble du déficit de l’attention, de dépression, de trouble anxieux et diminution des habiletés motrices augmentent avec les années, précise le Cégep de Granby dans un communiqué.

Le projet de recherche de Mme Dutil et de M. Tesssier bénéficie du Programme d’aide à la recherche sur l’enseignement et l’apprentissage du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, ainsi que de la Mesure de soutien à la relève en recherche collégiale. Les enseignants seront appuyés par Chantale Tremblay, professeure de psychologie et chercheuse au Cégep de Granby, qui peaufine présentement sa propre recherche sur l’accueil des élèves en situation de handicap au collégial.