Alain Lacasse veut mettre son «talent» de communicateur au service des résidants du district 5 en les représentant à la table du conseil municipal.
Alain Lacasse veut mettre son «talent» de communicateur au service des résidants du district 5 en les représentant à la table du conseil municipal.

Le candidat communicateur

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Alain Lacasse a pratiquement « toujours travaillé dans le public » et il estime être un bon « communicateur ». L’heure est venue, juge-t-il, de mettre ce « talent » au service de la communauté. Il souhaite se faire élire comme conseiller municipal dans le district 5, à Granby.

« Rendu à 48 ans, je me dis que je peux mettre ce talent-là au service de la communauté. Je veux avoir de nouveaux défis. Je pense que le rôle d’un conseiller municipal est de tenter de trouver des compromis raisonnables aux intérêts multiples et différents des gens du secteur pour l’ensemble de la communauté. Comme je suis bon en communication, je suis peut-être une personne clé pour trouver de bonnes solutions, en se parlant, sans confrontations », a affirmé M. Lacasse en entrevue à La Voix de l’Est.

Celui-ci travaille à titre de représentant en solutions d’emballages industriels pour les Industries FM à Granby. Il est également à la barre depuis 30 ans de sa propre PME, spécialisée dans l’animation d’événements. S’il devait être élu, il consacrerait moins de temps à son entreprise, son fils de 16 ans étant prêt à prendre la relève, dit-il. 

Même s’il a complété les formalités la veille de la fin des mises en candidature, Alain Lacasse affirme que sa décision a été « mûrement réfléchie ». Il a d’ailleurs songé à déposer sa candidature il y a quatre ans, mais son fils était plus jeune à l’époque, fait-il valoir. 

M. Lacasse a non pas un, ni deux, mais bien quatre adversaires dans son district : Réjean Choquet, Stéphane Pollender­, Yves Pronovost et Maria Romano qui, incidemment, est l’ex-conjointe de son cousin, le conseiller sortant et à nouveau candidat dans le district 8, Éric Duchesneau. 

À l’écoute

Alain Lacasse précise habiter le district 5 depuis cinq ans et y posséder quelques logements. Il se définit comme un « gars d’idées et d’actions ». Mais, pour l’heure, il n’élabore pas sur ses idées. « Mon gros rôle, mon premier but, c’est d’être à l’écoute des gens », dit-il. Ses idées, ajoute-t-il, lui permettront en fait de « trouver des solutions pour que les gens soient heureux ».

Le développement futur de l’Autodrome Granby est un des enjeux du district, convient M. Lacasse. Excédés par le bruit et la poussière générés par l’endroit, certains résidants craignent de voir de nouvelles activités y être mises en place. « Je n’ai pas de solution demain matin, mais en écoutant les gens, ils vont pouvoir me diriger avec leurs idées », dit-il. 

Selon l’aspirant candidat, quelques rues situées dans le secteur à l’arrière du magasin Setlakwe ont grandement besoin de réfection. Des résidants ont aussi émis le souhait d’avoir une patinoire dans le quartier. 

Alain Lacasse ne commente pas le travail de l’administration sortante. Du bout des lèvres, il affirme toutefois ne pas être d’accord avec certaines dépenses effectuées, notamment pour la nouvelle image de marque de la Ville.

Il assure par ailleurs avoir toujours eu un intérêt pour la politique municipale. L’intérêt en est même un « familial », dit-il. « Au lieu d’être spectateur, j’ai décidé de monter sur scène », lance Alain Lacasse.

Anecdote : trois des cinq candidats du district cinq ont un autre point en commun, mis à part celui de se retrouver sur le même bulletin de vote : Alain Lacasse, Stéphane Pollender et Yves Pronovost­ ont déjà fait partie des Petits chanteurs de Granby à la même époque.