Le candidat solidaire Alexandre Legault promet de réinvestir la moitié de son salaire de député dans la communauté s’il est élu.

Le candidat Alexandre Legault promet de réinvestir la moitié de son salaire

S’il est choisi par les électeurs de Brome-Missisquoi, le 1er octobre prochain, le candidat de Québec solidaire Alexandre Legault­ s’engage à verser la moitié de son salaire annuel de député dans une fondation dédiée à la transition énergétique et à la décroissance économique de la circonscription.

Selon les chiffres publiés sur l’Assemblée nationale du Québec, le salaire d’un député, qui ne cumule pas de fonction supplémentaire, est de 95 704 $.

Aux dires de M. Legault, l’organisme qui sera mis sur pied après son élection serait gouverné par un conseil d’administration indépendant. Les sommes investies pourraient être redistribuées auprès d’organismes communautaires de la circonscription ou investies dans des projets locaux qui font la promotion du développement durable ou d’une consommation plus responsable. 

M. Legault explique cet engagement par deux raisons précises. En premier lieu, il souhaite prêcher par l’exemple. « Je ne pense pas que j’ai besoin de près de 100 000 $ par année pour vivre l’an prochain », indique-t-il.

Selon le candidat, « devant la situation [économique et environnementale] actuelle, il faudra revoir nos façons de consommer et de produire ». « La plupart des scientifiques l’affirment, la croissance de la consommation n’est pas soutenable. On ne peut pas continuer dans cette direction. [...] Il faut assurer des ressources pour les générations futures », poursuit-il.

En second lieu, M. Legault souhaite maintenir un niveau de vie qui lui évitera de se « déconnecter de la population ». Il souhaite ainsi continuer d’incarner ses électeurs et comprendre leurs préoccupations plutôt que de s’en détacher.

« Je ne veux pas m’ériger dans une tour d’ivoire. Je ne veux pas en arriver à dire que c’est possible de faire manger une famille de trois avec une épicerie de 75 $ [par semaine] », explique le solidaire, faisant référence à la déclaration controversée du premier ministre sortant Philippe Couillard.

Engagement à titre personnel

Cet engagement ne signifie pas qu’il s’oppose à la rémunération actuelle des élus, précise le candidat. « Je le ferais par conviction personnelle, insiste-t-il. Nos élus accomplissent énormément de travail et ils méritent le salaire qu’ils reçoivent. »

De plus, ajoute M. Legault, un salaire trop bas pourrait entraîner certains élus dans des malversations motivées par l’appât du gain. « Mais à mes yeux, le métier de député ne doit pas être attirant pour le salaire, mais pour ce qu’on peut accomplir dans cette fonction », dit-il.

S’il s’agit d’une initiative toute personnelle, un autre candidat de Québec solidaire a pris, à l’insu de M. Legault, un engagement similaire, lundi. Il s’agit de Carl Lévesque, candidat dans la circonscription de Marie-Victorin.