Le C2MI recevra une subvention de 26,7 millions de Québec, soit près de 5,9 millions en 2018-2019 et environ 21 millions l’année suivante.

Le C2MI reçoit 26,7 M$ de Québec

Le centre de recherche en microélectronique (C2MI) de Bromont met la touche finale à une série d’initiatives dans l’effervescente industrie numérique. Le C2MI aura les moyens de ses ambitions pour mener à terme ses projets grâce à l’apport financier du gouvernement provincial.

Une nouvelle que le maire de Bromont, Louis Villeneuve, a accueillie avec enthousiasme. « On a de quoi être emballé. Le parc scientifique est une de mes priorités. Je suis très fier de voir qu’encore une fois, le C2MI se démarque et fait rayonner Bromont. »

En fait, le C2MI s’est démarqué dans le cadre d’un appel de projets dans « des secteurs d’innovation stratégiques pour le Québec », lié au Plan économique de mars 2018, doté d’une enveloppe de 60 millions. Le ministère de l’Économie et de l’Innovation accorde ainsi 26 750 000 $ au centre de recherche, soit un peu plus de 5,9 millions en 2018-2019 et près de 21 millions l’année suivante.

En ce sens, une annonce du gouvernement Legault est imminente, a appris La Voix de l’Est. Le président-directeur général du C2MI, Normand Bourbonnais, n’a pas voulu s’avancer à propos de la teneur exacte du projet.

Selon nos informations, la subvention de Québec servira notamment à acquérir de nouveaux équipements. Parmi ceux-ci, le centre de recherche devrait miser sur des appareils novateurs, entre autres dans le créneau de l’électronique imprimable.

À ce sujet, le C2MI est l’un des partenaires d’une des plus importantes conférences au pays sur les semi-conducteurs et l’électronique « flexible et hybride » (FHE), qui se déroulera au Château-Bromont les 16 et 17 mai prochains. L’événement proposera d’ailleurs une visite du nouveau département de fabrication de pointe du C2MI.

Imagerie directe

Le récent apport financier de Québec à l’industrie numérique, via une subvention de 20,5 millions à l’Université de Sherbrooke, un partenaire du C2MI, permettra également au centre de se doter d’un appareil d’imagerie directe, qui servira à « l’assemblage avancé de semiconducteurs et la lithographie » de produits issus de systèmes microélectromécaniques (MEMS).

« L’objectif du C2MI est de permettre une plus grande variété de configuration de puces sur chaque tranche et d’accélérer le développement de nouveaux produits MEMS tout en réduisant les coûts de développement, en diminuant le temps de mise en marché pour ses partenaires et en contribuant à un développement durable dans le domaine de l’électronique », mentionne l’organisation.

Cet équipement de premier plan sera installé dans une salle blanche à haute efficacité du centre de recherche au cours du troisième trimestre de 2019.