Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
S’il n’en tenait qu’au Bloc québécois, les salles de spectacles et les événements ne seraient pas en reste grâce au maintien des subventions qui compensent la perte de revenus de billetterie et de commandites.
S’il n’en tenait qu’au Bloc québécois, les salles de spectacles et les événements ne seraient pas en reste grâce au maintien des subventions qui compensent la perte de revenus de billetterie et de commandites.

Le Bloc québécois propose six mesures pour soulager l’industrie culturelle

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Même si les salles de spectacle peuvent désormais accueillir de nouveau les spectateurs, y compris en zone rouge, le Bloc québécois, incluant sa députée Andréanne Larouche dans Shefford, réclame du gouvernement qu’il instaure des mesures supplémentaires pour soutenir l’industrie des arts de la scène et ses artisans.

Le parti politique formule ainsi six propositions pour appuyer la relance de ce secteur économique durement éprouvé par la pandémie.

«Un rapport dévoilé la semaine dernière par la Fédération nationale des communications et de la culture révèle que le milieu des arts vivants traverse une période dangereusement sombre avec la pandémie. Un sondage effectué auprès de travailleurs de la scène démontre que 41 % des artisans songent à changer définitivement de métier, près de 64 % d’entre eux vivent un épisode de détresse et plus de 43 % ont au moins un symptôme de dépression majeure», révèle le parti dans un communiqué.

« Les chiffres parlent d’eux-mêmes : il y a urgence d’agir pour qu’il puisse y avoir un après-pandémie pour les arts de la scène. Ottawa ne peut rester immobile devant l’exode potentiel vers d’autres horizons professionnels de nos artistes et artisans éprouvés par plus d’un an d’inactivité, d’incertitude face à l’avenir, d’ennuis financiers. Nous ne pouvons laisser les maîtres et maîtresses des plus belles formes d’expression de la voix de la nation québécoise se taire à jamais», a fait savoir le chef Yves-François Blanchet.

La région n’est pas à l’abri de cette réalité alarmante, rappelle Mme Larouche.

« La circonscription de Shefford compte une importante population d’artistes et d’artisans, que ce soit, entre autres, des auteurs-compositeurs-interprètes, des auteurs et des artistes visuels. Sans oublier tous ceux et celles qui travaillent fort derrière la scène, comme les techniciens et les metteurs en scène. Je suis ravie de voir la reprise des activités notamment à la Maison de la culture de Waterloo et au Palace de Granby, mentionne la députée. Toutefois, il est évident que nous vivons toujours avec la COVID-19 et que les nouvelles habitudes sanitaires ont un impact sur les activités des artistes et des salles de spectacles. C’est pourquoi nous proposons ces nouvelles idées qui viendraient aider davantage les arts de la scène.»

Six idées

Le parti suggère d’abord la création d’un fonds de relance destiné aux salles de spectacle, théâtres, festivals et musées afin qu’ils puissent s’équiper et s’adapter à leur nouvelle réalité. Pour permettre aux artistes de faire de même, le Bloc demande également de reconduire les programmes d’aide fédérale pour les artistes et de les rendre plus accessibles afin qu’un plus grand nombre d’entre eux puissent en bénéficier, et de créer un nouveau programme temporaire d’appui à la création pour soutenir les nouvelles initiatives permettant aux artistes de reprendre leur travail dans le contexte pandémique.

S’il n’en tient qu’à la formation politique, les salles de spectacles et les événements ne seraient pas en reste grâce au maintien des subventions qui compensent la perte de revenus de billetterie et de commandites, par exemple, auquel s’ajouterait une compensation complémentaire au soutien financier de Québec pour indemniser les pertes en ventes de billets imputables au respect des mesures de la distanciation sociale.

Enfin, pour dédommager les spectateurs qui n’ont pas pu assister aux prestations pour lesquelles ils s’étaient procuré des billets, le parti d’Yves-François Blanchet propose d’offrir un crédit d’impôt remboursant totalisant 20% des frais de billets non utilisés, et ce, jusqu’à concurrence de 200$.