Le nouveau barrage du parc de la Tannerie a été inauguré vendredi après-midi par le maire de Granby, Pascal Bonin, l’agent de gestion documentaire, Alexandre Patenaude et le député de Shefford, Pierre Breton.

Le barrage du parc de la Tannerie inauguré à Granby

La Ville de Granby a inauguré vendredi le nouveau barrage situé à quelques pas du parc de la Tannerie. L’ouvrage qui a nécessité un investissement de plus de 6 millions de dollars est d’une importance capitale pour la municipalité puisqu’il permet de contrôler le niveau du lac Boivin, un lieu de conservation de la nature et un attrait touristique de premier plan pour la ville de Granby.

Esthétique, durable et à la fine pointe de la technologie, ce nouveau barrage devrait tenir bon pour un siècle, estiment l’ingénieur de la Ville de Granby Manuel Cabana et le maire Pascal Bonin.

La municipalité a lancé l’imposant chantier en 2017. L’ancien barrage, construit au début du 20e siècle et témoin de l’histoire industrielle de Granby, ne respectait plus les exigences en matière d’environnement, rappelle le maire Bonin.

Ce nouveau barrage permet le contrôle du niveau du lac Boivin du haut de ses vannes, ce qui donne l’apparence d’une chute naturelle et diminue la turbidité dans la rivière Yamaska. Des sondes situées en amont et en aval du barrage permettront sa gestion en mode automatique et en mode manuelle sur place ou à distance.

Il est également équipé d’un système permettant de se dégeler automatiquement en hiver et des ancrages en amont de la construction permettront de réaliser des travaux en alternance sur une vanne à la fois en cas de besoin.

Avec l’entretien nécessaire, le nouveau barrage ne devrait pas nécessiter de travaux de réfection importants avant plusieurs décennies.

Par la même occasion, le parc de la Tannerie a également bénéficié d’une mise à niveau.

Le coût initial des travaux était évalué à 3,5 millions de dollars. Des intempéries naturelles et de mauvaises surprises sur le site du chantier ont cependant fait grimper la facture. Un épisode de crue en janvier 2017 a notamment coûté plus de 60 000 $ supplémentaires et la présence de contamination dans le canal de dérivation a obligé le dépôt de terre propre, engendrant ainsi plus de 200 000 $ en coût excédentaire.

Granby a pu bénéficier du soutien des autres paliers gouvernementaux pour ce projet. Québec a allongé 2,9 millions $ et Ottawa 1,7 million $.