L’Auberge West Brome est en discussion avec la Ville de Lac-Brome pour acheminer ses eaux usées dans le nouveau champ d’épuration du village de West-Brome, de l’autre côté de la rivière Yamaska Sud-Est.

L’Auberge West Brome en mode solution

La direction de l’Auberge West Brome cherche une solution à long terme pour traiter les eaux usées de l’établissement. Celle-ci pourrait passer par un branchement sur le futur champ d’épuration du village de West-Brome.

L’Auberge West Brome a été condamnée à des amendes de 45 000 $ l’été dernier pour des infractions commises en 2012 en lien avec des rejets d’eaux usées dans la rivière Yamaska Sud-Est et des travaux non autorisés sur ses installations septiques.

Les rejets sont survenus lors de fortes pluies, explique Michel Ménard, directeur de l’auberge. Le réseau n’a pas suffi pour gérer une telle quantité d’eau, ce qui a provoqué un petit refoulement d’eaux usées vers la rivière, dit-il.

Depuis, aucun autre problème n’est survenu, soutient M. Ménard. Pour s’en assurer, les quatre fosses septiques de la propriété sont vidangées deux fois par semaine pour éviter que les eaux usées ne se rendent dans le champ d’épuration. Cette mesure a coûté 34 925 $ pour la seule année 2017, souligne-t-il. « On ne veut prendre aucune chance avec l’environnement. Notre réputation est très importante pour nous et on veut la garder. Ces infractions, ça ne nous ressemble pas. On a à cœur l’environnement. On recycle beaucoup et on ne produit qu’un strict minimum de déchets », dit-il.

L’entreprise a mandaté la firme EXP Environnement pour lui proposer des solutions pour traiter les eaux usées du bâtiment principal, qui accueille le restaurant et les bureaux, et le bâtiment où se trouvent les chambres.

Une des solutions étudiées consisterait à acheminer les eaux usées de l’auberge dans le nouveau champ d’épuration que la Ville de Lac-Brome aménagera dans le village de West-Brome. Le champ d’épuration actuel, qui dessert 21 maisons de la rue Principale, a atteint sa fin de vie utile. La Ville a réservé un montant de 350 000 $ dans son budget cette année pour procéder aux travaux.

« On travaille sur une solution commune », a indiqué vendredi en entrevue Gilbert Arel, directeur général de la Ville de Lac-Brome. « Si on peut aider un citoyen corporatif sans que ça nous coûte plus cher, on va tout faire pour y arriver. Il se peut qu’en faisant un seul projet, que ça permette à l’entreprise de réduire ses coûts », a-t-il dit.

Difficulté technique
Une difficulté technique importante existe pour un projet commun, reconnaît M. Arel. L’auberge se trouve du côté nord de la rivière Yamaska Sud-Est alors que le futur champ d’épuration sera aménagé du côté sud du cours d’eau, près de l’ancien champ. « Les ingénieurs vont devoir regarder ça et voir comment on peut s’y prendre », a-t-il résumé.

Les ingénieurs de l’auberge et ceux de la Ville discutent depuis quelques mois de la faisabilité d’un projet commun.

La Ville souhaite procéder dès cette année aux travaux d’aménagement du nouveau champ d’épuration pour desservir le village de West-Brome. Elle pourrait cependant devoir les repousser en 2019 si le projet inclut les eaux usées de l’auberge. Obtenir les autorisations nécessaires du ministère de l’Environnement peut en effet prendre du temps.

« Notre objectif, c’est de faire les travaux cette année. Mais si ça peut aider l’auberge, on peut attendre un an avant de les faire », a dit M. Arel.