Le restaurateur Martin Gagnon pourra organiser trois soirées ciné-parc dans le stationnement de l’Attelier Archibald, à Granby, cet été.
Le restaurateur Martin Gagnon pourra organiser trois soirées ciné-parc dans le stationnement de l’Attelier Archibald, à Granby, cet été.

L’Attelier Archibald pourra organiser trois soirées ciné-parc

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Le restaurateur granbyen Martin Gagnon pourra organiser trois soirées ciné-parc dans le stationnement de l’Attelier Archibald durant tout l’été plutôt que les deux séances par semaine qu’il souhaitait. Une décision qui fait néanmoins le bonheur du principal intéressé.

«Je ne suis pas du tout déçu. (...) Ça va me permettre de voir c’est quoi le travail et si ça vaut la peine. Si je finis la soirée et que ça m’a coûté 500 $, je vais peut-être dire que ce n’est pas un bon moment pour dépenser de l’argent. Mais si je couvre mes frais et qu’on a du plaisir, je travaillerai pour pouvoir répéter l’expérience», a réagi Martin Gagnon lundi.

Si le restaurateur souhaite organiser ce genre de soirée ciné-parc sur une base plus régulière, il devra déposer une demande de changement de zonage, a pour sa part fait valoir lundi le maire de Granby, Pascal Bonin.

«Le conseil municipal a décidé de lui accorder certaines choses à titre d’événement temporaire. Mais il faut faire attention parce que le ciné-parc, c’est une classe d’usage qui n’est pas permise dans son secteur. On veut aider les commerçants, mais on ne peut pas non plus passer outre les règles d’urbanisme. Ceux qui paient des taxes pour des classes d’usage comme le cinéma ne doivent pas non plus se retrouver lésés dans ça», indique le maire.

Un argument que Martin Gagnon dit comprendre. «Il n’y a rien qui se fait tout seul. Il faut travailler pour avoir ce qu’on veut. Je n’ai pas eu un restaurant par la poste. On va commencer par le début», dit-il.

Consécutifs

Selon Pascal Bonin, l’Attelier Archibald pourra organiser ses trois soirées cinéma extérieures dans la période comprise entre le dimanche suivant le moment où les ciné-parcs ont le feu vert du gouvernement du Québec pour relancer leurs activités et la fin août.

Les heures d’ouverture permises sont de la noirceur jusqu’à 23h. Le nombre de places est aussi limité à 50.

Martin Gagnon prévoit toutefois tenir ses trois soirées de façon consécutive, notamment pour une question de location d’équipements. «Juste louer l’écran, c’est 1000 $ un soir et 350$ par soir d’extra. Si j’ai le choix entre 1700 $ pour trois soirs et 3000 $, je vais prendre la première option», dit-il.

À LIRE AUSSI: Le ciné-parc de l’Attelier Archibald n’a pas encore le feu vert

Pour le moment, aucune date n’a encore été ciblée. Le restaurateur souhaite d’abord avoir en main le permis qui lui permettra de tenir cet événement temporaire. Il dit aussi vouloir, dans la mesure du possible, prévoir ce rendez-vous lorsque la météo semblera vouloir être au beau fixe durant quelques jours.

Il prendra aussi le temps de planifier ces soirées, au cours desquelles il veut offrir des forfaits gourmands. Ceux-ci pourraient être achetés à l’avance par le biais d’une plateforme de paiement en ligne. Il est par ailleurs projeté de remettre l’argent amassé avec la vente des billets à des organismes locaux.

«Je suis capable de me revirer sur un dix cents. Si ça vaut la peine, on va mettre l’énergie et les bouchées doubles», lance M. Gagnon.