Le roseau (phragmite) commun menace le réseau hydrique de surface au mont Rougemont, indique l’Association du mont Rougemont.
Le roseau (phragmite) commun menace le réseau hydrique de surface au mont Rougemont, indique l’Association du mont Rougemont.

L’Association du mont Rougemont déclare la guerre au phragmite commun

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
L’Association du mont Rougemont (AMR) pourra contrôler la prolifération d’une espèce végétale exotique envahissante grâce à une aide financière de près de 35 000$ du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques du Québec.

La plante en question, le roseau (phragmite) commun, menace le réseau hydrique de surface au mont Rougemont, indique l’association, dont le projet a été retenu dans le cadre du Programme de soutien régional aux enjeux de l’eau, qui découle du Plan d’action 2018-2023 de la Stratégie québécoise de l’eau.


« Elle finit par prendre tout l’espace disponible au détriment d’espèces indigènes [...] et elle utilise beaucoup d’eau pour sa croissance »
Pierre Pontbriand, coordonnateur de l'Association du mont Rougemont

«Il y a deux problèmes avec cette plante dans notre milieu : elle finit par prendre tout l’espace disponible au détriment d’espèces indigènes, dont certaines sont devenues rares en Montérégie, et elle utilise beaucoup d’eau pour sa croissance, ce qui raréfie l’eau dans les milieux ou elle s’installe», explique Pierre Pontbriand, coordonnateur de l’AMR, dans un échange de courriels.

Éradiquer le phragmite de cinq sites

Ce faisant, l’AMR souhaite éradiquer complètement le phragmite de cinq sites où sa présence est jugée problématique au mont Rougemont.

«Différentes techniques seront utilisées dépendamment des particularités de chaque site, incluant le fauchage, l’arrachage, le bâchage, le confinement et la renaturalisation par la plantation de plantes indigènes adaptées aux différents sites», relève M. Pontbriand.

Le Ministère a offert un soutien financier de 34 965$ sur deux ans au projet, auquel s’ajoute une somme de 25 284$ offerte par la Fondation de la faune du Québec. D’autres partenaires financiers sont également impliqués dans le projet.

Les travaux ont débuté le 1er juin dernier et devraient s’échelonner jusqu’en décembre 2022. Le tout sera réalisé avec plusieurs autres partenaires, dont Nature-Action Québec, de même que des propriétaires privés du mont Rougemont.