Madeleine Lepage, vice-présidente de l’AQDR Granby, Réal Foisy, administrateur, et Pauline Robert, présidente. Le mercredi 16 octobre, le 35e anniversaire de l’organisme sera souligné par un dîner et la présentation d’une pièce du Théâtre Parminou.

L'AQDR active depuis déjà 35 ans

En 1984, Cécile Choinière enseignait. Malgré sa profession et une vie de famille bien remplie, la dame a su trouver temps et énergie pour rejoindre les rangs de la section granbyenne de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitéés (AQDR) qui venait de voir le jour. Dans la suite logique de toutes ses années d’implication, elle a accepté un rôle qui lui va comme un gant. Le mercredi 16 octobre, la dame de 93 ans agira à titre de présidente d’honneur du dîner marquant le 35e anniversaire de l’organisme.

« Cécile n’a jamais cessé de faire du bénévolat, de s’impliquer, souligne la présidente de l’AQDR Granby, Pauline Robert. Elle a à cœur des thèmes comme la maltraitance et l’âgisme. Elle n’a jamais lâché. »

Lors du dîner, qui se déroulera chez Les Pères Trinitaires de Granby dès 11 h, deux autres bénévoles au long cours seront honorés par l’AQDR : Lucien Charette et Pierrette Boulais. De nombreux invités seront sur place, dont Yves Ménard, de l’AQDR Nationale.

Madeleine Lepage, vice-présidente de l’AQDR Granby, agira à titre de maître de cérémonie durant le repas, dont les billets ont déjà tous trouvé preneur. En après-midi sera présentée la pièce Contes en souffrance, portant sur l’abus financier chez les aînés, du Théâtre Parminou. Gratuite, tous peuvent y assister, même ceux et celles qui n’auront pas dîné sur place.

« Notre mission est toujours la même, soit celle de défendre les droits culturels, économiques, politiques et sociaux des personnes aînées », explique Mme Robert, en mettant l’accent sur le fait que l’AQDR a toujours eu une « vision dynamique du vieillissement. »

Une phrase qui sonne comme de la musique aux oreilles de Madeleine Lepage.

« C’est mal vu d’être vieux, lance-t-elle. Plusieurs pensent que quand tu es vieux, tu n’es plus bon. Il faut revaloriser la valeur des personnes âgées. J’aime donc beaucoup l’idée que nous ayons une vision dynamique, car cela fait appel d’avantage à la plénitude d’être une personne âgée qu’à la décrépitude. »

Activités et actions

Tout au long de l’année, l’AQDR offre conférences et services divers aux 800 aînés qui en font partie. L’organisme agit ainsi dans le but d’éduquer ses membres, de les amener à se mobiliser pour faire connaître leurs revendications, améliorer leur qualité de vie et de faire valoir leur point de vue.

« On essaie d’avoir les yeux et les oreilles ouverts pour le bien-être de nos membres », insiste Pauline Robert.

Histoire de toucher le plus d’aînés possible, l’AQDR travaille actuellement à ouvrir une cellule sur le territoire des MRC Brome- Missisquoi et Rouville. Dans le but « d’être moderne », souligne Mme Robert en riant, l’organisme recevra prochainement, par exemple, Jacques Laurin, directeur général de la Caisse Desjardins Granby Haute-Yamaska. Celui-ci viendra parler de la saine gestion de leurs comptes en ligne à partir de leur tablette ou téléphone.

Un projet de covoiturage est présentement à l’étude au sein de l’organisme, tout comme un autre, encore secret, qui portera sur la lutte contre les abus faits aux aînés. En 2020, le film du réalisateur Fernand Dansereau, Le vieil âge et l’espérance, sera présenté. À travers tout ça seront organisés de nombreuses sorties et voyages.

« À l’AQDR, on est actifs et bien vivants ! », conclut Pauline Robert.

Pour en savoir plus sur l’organisme, sur ses conférences et ses activités, visitez le aqdr.org