Carl Girard
La Voix de l'Est
Carl Girard
Certaines races de chiens sont prédisposées à souffrir d’anxiété de séparation de par leur origine. Par exemple, les labradors et autres chiens rapporteurs sont réputés en souffrir.
Certaines races de chiens sont prédisposées à souffrir d’anxiété de séparation de par leur origine. Par exemple, les labradors et autres chiens rapporteurs sont réputés en souffrir.

L’anxiété de séparation

CHRONIQUE / Je suis parti faire quelques commissions, j’ai été absent de la maison une heure maximum et pourtant, quand je suis revenu, mon chien avait eu le temps de vider la poubelle, de briser une paire de souliers et de mâchouiller un coin de mur ! C’est quoi son problème ?

Votre chien souffre d’anxiété de séparation ! L’anxiété de séparation, c’est l’inquiétude que votre chien ressent dès que vous êtes loin de lui. Cette inquiétude/insécurité/anxiété, votre chien doit « l’évacuer » d’une façon ou d’une autre.

Pour contrer l’anxiété humaine, certaines personnes font du sport, d’autres de la méditation. Pour beaucoup de chiens, il s’agit alors d’occuper leur esprit et leur corps. Plusieurs vont mâchouiller des objets, surtout ceux qui dégagent votre odeur personnelle (vêtements, souliers), l’odeur de leur manieur mêlée à une activité physique les détend et aide à contrer leur anxiété.

Certaines races de chiens sont prédisposées à souffrir d’anxiété de séparation de par leur origine. Par exemple, les labradors et autres chiens rapporteurs sont réputés en souffrir. Quand on y pense, c’est logique : ces races ont été créées pour rester patiemment assises près du chasseur pendant de longues heures en attendant que les oiseaux migrateurs passent au-dessus du fusil du chasseur. C’est tout un dévouement !

Certains cas sont plus extrêmes que d’autres : j’ai déjà vu des chiens avoir la diarrhée aussitôt qu’ils perdaient de vue leur manieur ! D’autres vont carrément mâchouiller et avaler des objets jusqu’à en être malades !

Comment prévenir

Comment prévenir ce mal de vivre ? Premièrement, vous devez créer des moments où votre animal est seul pendant la journée, même si vous êtes à la maison. Commencez par de courtes périodes et surtout, votre retour doit être plate à mourir ! Oui, oui, vous avez bien lu. L’anxiété de séparation, c’est l’anticipation du retour. Si votre retour est excitant, votre chien l’anticipera encore plus, alors que si votre retour est archi-plate, logiquement son anticipation de ce retour sera amoindrie.

Ensuite, habituez-le à passer du temps seul quand vous faites vos affaires dans la maison. Vous allez à la salle de bain, vous prenez une douche, vous faites à manger, sortez-le de la pièce ! Quitte à lui donner un os à gruger ou un jouet spécial que vous gardez justement pour ce genre de moments. Il doit apprendre à vivre sa vie indépendamment de vous, faire « ses affaires de chien » !

Donc, quand vous revenez à la maison après avoir quitté pour le travail ou pour quelconque activité, votre retour devra être plate et monotone, ne lui donnez pas d’attention avant plusieurs minutes. Je sais que ce n’est pas évident, mais c’est un exercice payant pour régler ce genre de problématiques.

Aussi, gardez-vous un jouet spécial destiné exclusivement à vos absences de moyenne à longue durée. Mais attention ! Vous devez choisir quelque chose qui dure et l’occupera longtemps, et réservez-le pour ces absences, il ne doit pas y avoir accès autrement. Ce jouet spécial, vous lui donnez quand vous partez et vous devez lui enlever dès votre arrivée. Rendez votre absence plaisante plutôt que de la rendre stressante.

Et n’oubliez pas : donnez-vous du temps ! On ne règle pas ce genre de problématiques en criant ciseau !