L’état de l’unité modulaire de l’école primaire Saint-Vincent-Ferrier a été constaté mardi par, entre autres, Mario Beauvais, directeur des ressources matérielles à la commission scolaire du Val-des-Cerfs, le maire de Bromont Louis Villeneuve, le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin et le maire de Brigham, Steven Neil.

L’annexe de l'école Saint-Vincent-Ferrier minée par la pourriture

L’état de dégradation de l’unité modulaire — communément appelée « roulotte » — complique sérieusement la rentrée scolaire à l’école primaire Saint-Vincent-Ferrier.

Alertée parce qu’une porte intérieure de l’annexe ne ferme plus, la Ville a réalisé mardi que des infiltrations d’eau par le toit avaient abimé la structure du bâtiment du quartier Adamsville.

Des colonnes se sont affaissées, des planchers gondolent et les ouvertures pratiquées à l’extérieur font voir du bois pourri. Une odeur âcre régnait également en matinée, signale le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

« C’est en très piteux état, dit-il en entrevue. Je ne suis pas un expert, mais si je peux entrer mon doigt dans la lice (NB : le recouvrement de bois des murs extérieurs, derrière la tôle), il y a un problème. »

Une réparation n’est pas exclue, mais la commission scolaire du Val-des-Cerfs attend une évaluation complète des dégâts avant de se prononcer, indique le directeur général adjoint Carl Morrissette, qui a visité les lieux mardi en compagnie du président Paul Sarrazin et de Mario Beauvais, directeur du service des ressources matérielles à la CSVDC.

Le maire de Brigham, Steven Neil, ainsi que le maire de Bromont et son directeur général Éric Sévigny étaient également présents.

Transfert ?

Chose certaine, la rentrée à l’école Saint-Vincent-Ferrier se déroulera comme prévu le 29 août, assure M. Morissette.

Comme d’éventuels travaux ne pourront être terminés à temps, l’école pourra accueillir les élèves des deux classes de l’annexe dans d’autres locaux du bâtiment principal, dit-il.

Des travaux de colmatage auraient été mal réalisés et le toit est maintenant à refaire au complet, en plus des autres réparations, estime Marc-Édouard Larose, conseiller municipal du quartier Adamsville et couvreur de métier.

Il s’agirait toutefois d’une solution temporaire. Si on ne répare pas, les élèves seront transférés dans une autre école ou une nouvelle annexe devra être aménagée.

Questionné à ce sujet, le maire Villeneuve s’est montré réticent à payer de nouveau pour un tel bâtiment. « On verra, dit-il. Je vais réagir en temps et lieu. Je veux en arriver à un compromis viable pour tout le monde. »

Conflit

L’annexe de l’école Saint-Vincent-Ferrier avait fait l’objet de vifs débats, il y a trois ans, entre Val-des-Cerfs et Bromont. La commission scolaire refusait de continuer à défrayer les coûts d’entretien de cette installation « temporaire » qu’elle estimait désuète puisque des places d’élèves étaient disponibles dans les établissements voisins, soit La Chantignole à Bromont et l’école de la Moisson d’or à Saint-Alphonse-de-Granby.

De son côté, Bromont tenait à ce que les élèves d’Adamsville fréquentent l’école de leur territoire. Des enfants de Brigham et d’East Farnham vont également à Saint-Vincent-Ferrier.

La Ville branchée avait finalement accepté en 2016 d’acheter la « roulotte » usagée, de concert avec la municipalité de Brigham, pour 100 000 $ et d’en assurer l’entretien.

Facture

Depuis, des travaux de colmatage auraient été mal réalisés et le toit est maintenant à refaire au complet, en plus des autres réparations, estime Marc-Édouard Larose, conseiller municipal du quartier Adamsville et couvreur de métier.

Cela vaut-il la peine de réparer ? Une évaluation claire des dommages sera nécessaire, dit Mario Beauvais. Mais il précise qu’une annexe neuve coûterait aujourd’hui plusieurs centaines de milliers de dollars.

Et tant le maire de Bromont que le président de la commission scolaire ont refusé de s’avancer, mardi, sur qui prendra la facture.

« Pour l’instant, on est en mode solution et ma préoccupation, c’est que les élèves aient un endroit sécuritaire et correct », dit Paul Sarrazin.

L’annexe grise et noire comprend trois locaux, soit deux classes et un local de musique. Saint-Vincent-Ferrier accueillera cette année environ 350 élèves.