Le maire de Granby, Richard Goulet, n'a pas été surpris d'apprendre cette semaine que le conseiller municipal et candidat à la mairie, Pascal Bonin, a affirmé avoir rencontré l'Union permanente anticorruption (UPAC).

«L'anguille, c'est M. Bonin» - Le maire de Granby, Richard Goulet

Le maire de Granby, Richard Goulet, n'a pas été surpris cette semaine que le conseiller municipal et candidat à la mairie, Pascal Bonin, déclare avoir rencontré l'Union permanente anticorruption (UPAC). «Ça confirme qu'il y avait anguille sous roche. Et l'anguille, on l'a trouvée, c'est M. Bonin», a-t-il lancé d'entrée de jeu hier.
Aux yeux du maire, cela ne peut que signifier que Pascal Bonin ou quelqu'un de son entourage a déposé une plainte à l'UPAC. Ce qu'a toutefois démenti le principal intéressé. «J'ai rencontré l'UPAC à sa demande», a-t-il clairement soutenu cette semaine.
Les déclarations de Pascal Bonin ont par ailleurs suscité plusieurs questions, affirme Richard Goulet. «Est-ce qu'il a réellement rencontré l'UPAC? Il ne se souvient même pas de la date. Et s'il y a vraiment eu une rencontre, pourquoi l'UPAC a-t-elle rencontré M. Bonin de façon spécifique? Je ne lui accorde aucune crédibilité», tranche-t-il.
Pascal Bonin a déclaré à La Voix de l'Est avoir rencontré un enquêteur de l'UPAC à la fin du mois de février ou au début de mars. La rencontre, dont il préfère taire la teneur des propos, s'est étirée sur environ quatre heures, dit-il.
Tous les détails dans notre édition de samedi