Les Aliments Ultima aménageront un espace public de 40 pieds sur 80 pieds tout près de l'emplacement de cet édifice historique, qui devrait être démantelé au cours des prochains jours.

L'ancien bâtiment d'Agropur sera démoli

L'ancien bâtiment appartenant aux Aliments Ultima (Agropur) sera finalement démoli. La Ville de Granby a accepté la proposition de l'entreprise de transformer le site en place publique.
L'esquisse présentée à la municipalité prévoit un espace vert de 40 pieds sur 80 pieds, aménagé tout près de l'emplacement de l'édifice actuel du 540 Principale, qui devrait être démantelé au cours des prochains jours.
 
Les plans comprennent notamment la restauration et la conservation des portes du vieil édifice qui servait à l'entretien des wagons de la Montreal & Southern Counties Railway. Une clôture de fer forgé devrait aussi être érigée sur les lieux. Le pavé de la place sera constitué des briques originales du bâtiment. On récupérera également l'enseigne de la compagnie qui était gravée dans la brique pour la déposer sur un socle. Des photos d'époque pourraient être ajoutées, de même que du mobilier urbain.
«C'est un beau projet. C'est vrai qu'on démolit un bâtiment historique, mais dans les circonstances, on n'a pas le choix, avance le maire Richard Goulet. On ne perd pas tout cependant. On aura l'occasion de revivre l'histoire à travers cette place publique. La compagnie a été respectueuse des citoyens de Granby. C'est un projet qui lui coûte beaucoup d'argent.»
Le maire affirme que les experts embauchés par les Aliments Ultima ont conclu que la bâtisse avait une valeur architecturale, mais que son état était considéré dangereux. Une étude de sol faisait d'autre part mention d'un fort niveau de contamination. Pour aménager la place publique, l'entreprise s'engage d'ailleurs à prendre en charge les frais de décontamination.
«En gros, les Aliments Ultima n'avaient aucune intention d'investir dans ce bâtiment et ne pouvaient pas non plus céder du terrain additionnel», résume M. Goulet.
Le maire rappelle qu'un estimé des frais de restauration de la bâtisse avait aussi été commandé par la municipalité. Conclusion: il en aurait coûté une petite fortune à la Ville pour remettre en état l'ancien entrepôt et lui trouver une vocation. «Ça frôlait les 2 millions $ et on n'avait aucun projet précis. Je préfère mettre cet argent dans la future bibliothèque...», avance-t-il.
Selon Richard Goulet, la future place commémorative devrait être inaugurée en juin 2009.
Opposition
Les citoyens qui s'opposaient à la démolition du bâtiment n'auront donc pas eu le dernier mot dans ce dossier.
L'Association socioculturelle de Granby et ses villes jumelées (AGVJ) avait proposé un projet piloté par un de ses membres, Jean R. Petit. On suggérait alors de faire de ce site une zone patrimoniale et muséale. Une pétition avait d'ailleurs circulé pour bloquer la démolition de l'ancien entrepôt et promouvoir ce projet de développement pour lequel on espérait la participation de nombreux partenaires du milieu.
Le directeur général de la Société d'histoire de la Haute-Yamaska, Richard Racine, était aussi d'avis qu'il fallait préserver ce morceau du patrimoine granbyen. Il ne se faisait pas guère d'illusions, cependant.
«Le bâtiment est abîmé. L'entretien a été négligé. On va se faire dire qu'il est trop abîmé, qu'il faut le démolir. Je les vois venir avec leurs gros sabots. Ça va prendre l'avis d'un expert très neutre», avait-il déclaré à La Voix de l'Est en février dernier.
Il n'a pas été possible, hier, de recueillir ses commentaires sur cette démolition imminente.