Le lancer de la hache dans des centres récréatifs dédiés à cette activité serait une tendance mondiale.

Lancer des haches pour se défouler

À la pratique des quilles, du billard, du lasertag, de l’escalade ou encore du « parkour », il faudra ajouter une nouvelle activité à Granby, celle du lancer... de la hache. Le Guerrier Urbain ouvrira ses portes au centre-ville le mois prochain. Et la barbe ne sera pas obligatoire pour fréquenter l’endroit, lance en riant l’un des copropriétaires, David Dufour Morin.

« Il y a vraiment un marché pour ça. Ça s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes. Et on n’est pas obligé d’avoir une condition physique particulière », fait valoir l’entrepreneur qui démarre cette aventure avec sa conjointe, Candace Dunn.

C’est d’ailleurs celle-ci qui a lancé l’idée l’hiver dernier d’aménager un centre récréatif de ce type à Granby, dédié au lancer de la hache. Tous deux revenaient alors de Sherbrooke, où ils avaient testé entre amis leurs habiletés sur des cibles de bois.

Le duo a jeté son dévolu sur le local situé à l’arrière du Louis’s Pub, accessible par la rue Court. Des travaux d’aménagement y sont en cours. L’ouverture est prévue à la mi-août. 

Au cours des dernières années, quelques centres du même genre ont ouvert leurs portes à Montréal, sur la Rive-Sud ainsi qu’à Sherbrooke. La tendance serait mondiale, souligne le couple. Il existe même des compétitions et une association mondiale du lancer de la hache (World Axe Throwing League), créée en 2017. 

Il semble que ceux qui essaient prennent rapidement goût au son particulier de la hache qui se fixe dans le bois. « Ça a quelque chose de libérateur. Ça défoule », s’amuse Candace Dunn. « Quand les gens vont y goûter, ils vont avoir la piqûre », estime son partenaire dans la vie comme en affaires. 

« Je viens de la Côte-Nord ; j’aime le bois. J’aime aussi marier le côté urbain avec le côté bois. La hache, c’est aussi un des plus vieux outils qui existent », ajoute David Dufour Morin. 

Rémi Chapdelaine, Candace Dunn et David Dufour Morin oeuvrent à l’ouverture au centre-ville de Granby de Guerrier Urbain, un centre de lancer de la hache.

Bien encadré 

Reste que la pratique se veut sécuritaire et bien encadrée, assure David Dufour Morin. À Granby, cinq « allées », séparées les unes des autres par un solide grillage, seront offertes.

Deux ou trois compétiteurs maximum par cible pourront s’affronter et mesurer leur aisance au lancer de la hache, selon un système de pointage préétabli. 

Parce que ce n’est pas aussi facile que cela semble, une courte formation au maniement de l’outil et de ses différentes variantes, suivie d’une période de pratique, sera aussi offerte. Une tarification horaire d’environ 15 $ l’heure par personne sera imposée. 

L’endroit sera ouvert sept jours sur sept, avec ou sans réservation, pour toutes sortes d’occasions, dont des activités corporatives, des 5 à 7, ou tout simplement une sortie en famille, affirme le nouveau commerçant. 

Selon lui, le lancer de la hache sera offert aux enfants de 12 ans et plus accompagnés d’un adulte, mais les plus petits pourront s’amuser dans la zone qui sera aménagée pour eux avec des jeux interactifs de lancers de balles sur des projections numériques murales. 

Le couple, qui a obtenu un prêt de Futurpreneur Canada, a investi environ 60 000 $ dans cette aventure. Il pourrait aussi profiter du programme de subvention de la Ville de Granby pour attirer de nouveaux commerces dans les locaux vacants du centre-ville. Une aide financière appréciée, alors que les coûts pour assurer l’endroit et ses activités sont très élevés, dit David Dufour Morin. 

Grosse année

Candace Dunn et David Dufour Morin, qui peuvent compter sur la collaboration d’un de leurs amis et futur employé, Rémi Chapdelaine, croient que leur centre récréatif complétera l’offre commerciale du secteur, où le choix est, selon eux, varié en matière de restauration, mais plus limité en terme d’activités à pratiquer. L’endroit proposera une ambiance festive et des soirées événementielles, disent-ils. 

Comme le duo d’entrepreneurs affirme être préoccupé par l’environnement, il mettra par ailleurs en place un système pour prévoir la plantation d’arbres pour « compenser » d’une certaine façon son utilisation du bois, alors que les supports en bois de ses cibles devront être remplacés à intervalle régulier. 

L’année 2019 se révèle par ailleurs chargée pour le couple. Si Candace Dunn a quitté son emploi pour œuvrer au projet de Guerrier Urbain, David Dufour Morin continue à œuvrer chez Leo Solutions, à titre de responsable du département de la programmation de sites web. 

Depuis qu’il a pris la décision d’ouvrir un commerce, le couple a en outre appris que la cigogne était en route et il s’est marié. « Tout est arrivé en même temps », lance David Dufour Morin, un large sourire aux lèvres. Mais ce n’est rien pour freiner son enthousiasme, car il affirme que les projets et les idées ne manquent pas.