Dans L'Amour est dans le pré, la Bromontoise Clara tente de ravir le coeur de Gabriel.

L'amour est dans le pré: une Bromontoise courtise Gabriel

Les amateurs de l'émission L'Amour est dans le pré ont sûrement remarqué qu'une certaine Clara fait partie des soupirantes de Gabriel, l'agriculteur du Nord du Québec. La Bromontoise a craqué pour ce costaud à l'allure singulière, mais on ne saura que dans quelques semaines si les atomes étaient suffisamment crochus pour que les deux célibataires tombent amoureux.
Gabriel
« Gabriel, c'était complètement mon genre de gars. Grand, bâti, barbu... Il avait de belles valeurs familiales et un côté timide qui me plaisaient beaucoup », raconte cette enseignante au primaire pour expliquer pourquoi elle s'était inscrite à la cinquième saison de L'Amour est dans le pré, l'été dernier.
Jamais Clara (elle préfère taire son nom de famille) n'avait fait une telle chose. En fait, elle ne connaissait que très peu l'émission. « Je me suis inscrite de façon un peu impulsive, encouragée par mes amies. Puis les choses ont déboulé hyper vite. Je pense que c'est après que j'ai réalisé l'ampleur de la chose. Mais je n'ai jamais pensé à lâcher. »
Comme son Roméo, elle ne participait pas à L'Amour est dans le pré pour passer à la télé, mais pour vivre une expérience hors de l'ordinaire.
Pour les besoins du tournage, l'automne dernier, Clara n'a donc pas hésité à rouler une dizaine d'heures en autobus pour aller à la rencontre de son géant bouclé. Quant à la possibilité de trouver l'amour et de s'installer définitivement dans la région de la Baie-James, la jeune femme ne semblait pas s'en formaliser outre mesure. « J'étais prête à le faire ! », lance-t-elle.
« Drôle et sympathique »
Les deux premiers épisodes ont montré un Gabriel candide, qui n'a jamais connu l'amour. Après avoir rencontré ses cinq prétendantes, ce producteur de bovins et de grandes cultures en a invité trois à passer la semaine à sa ferme dans le minuscule village de Val-Paradis. 
Parmi elles, Clara l'a charmé parce qu'elle était « drôle et sympathique ». Lors de leur premier tête-à-tête télévisuel, les deux vingtenaires sont allés droit au but, abordant rapidement le sujet de la famille et des enfants.
Maintenant que tous les candidats ont accueilli chez eux leur trio d'aspirantes - l'agricultrice Cloé, elle, partage sa maison avec trois prétendants - on devrait voir un peu plus Clara évoluer dans son nouvel environnement.
Quand on lui demande si elle aime se voir au petit écran, la jeune femme ne cache pas être très critique face à elle-même. « Mais je n'ai pas honte de ce que j'ai vu jusqu'à maintenant. Je suis restée 100 % moi-même. On finit par oublier les caméras, même s'il y a toujours une petite gêne... »
La réaction de son entourage est d'ailleurs fort positive. Oui, des gens la reconnaissent ; elle reçoit également plusieurs messages sur Facebook. « Au début, parce que je suis enseignante, j'avais un peu peur pour ma crédibilité, mais je ne perçois pas ça. L'Amour est dans le pré n'est pas une téléréalité qui est vue négativement par le public. »
Elle n'a, bien sûr, pas le droit de révéler l'issue de l'aventure, mais elle affirme être « contente de l'expérience »... 
Ne serait-ce que pour les nouvelles copines que ce tournage lui a permis de rencontrer. Loin d'être en compétition, les trois aspirantes de Gabriel ont développé une grande amitié, confie Clara. « Il y a une belle complicité entre nous. On n'a pas le droit de se voir avant la fin de la diffusion, mais on s'appelle et on s'écrit durant les émissions ! »