La ministre des Aînés, Marguerite Blais, a souligné à grands traits que le CHSLD Santé Courville devient le premier établissement entièrement privé conventionné à voir le jour au Québec depuis des décennies.
La ministre des Aînés, Marguerite Blais, a souligné à grands traits que le CHSLD Santé Courville devient le premier établissement entièrement privé conventionné à voir le jour au Québec depuis des décennies.

L'agrandissement du CHSLD Santé Courville sonne la fin du centre Horace-Boivin

La ténacité du président du CHSLD Santé Courville de Waterloo, Kenneth Courville, a été récompensée. Après des années à marteler que la sauvegarde du centre d’hébergement Horace-Boivin, situé juste en face, n’est pas justifiée, l’homme d’affaires a eu gain de cause. Son établissement pourra finalement être agrandi pour ajouter 22 places privées conventionnées, ont annoncé vendredi la ministre des Aînés, Marguerite Blais, ainsi que la députée de Brome-Missisquoi, Isabelle Charest. Un projet subventionné par Québec à la hauteur de 10,3 millions $.

Le CHSLD Santé Courville deviendra le premier établissement entièrement privé conventionné à voir le jour au Québec depuis des décennies, a souligné à grands traits en point de presse la ministre Blais. Outre les 22 nouvelles places, le centre d’hébergement, enraciné à Waterloo depuis 1935, comptait déjà 24 lits conventionnés et 20 autres dans une aile privée. On parle donc d’un total de 66 places financées par Québec.

Le chantier est déjà amorcé et devrait se conclure dès le début de 2021. Advenant un dépassement de coûts, la facture supplémentaire serait entièrement assumée par Santé Courville. 

À l’origine, le dossier est lié au projet de CHSLD à Granby. La construction du centre d’hébergement de près de 200 lits devait entraîner la fermeture du CHSLD Horace-Boivin, qui nécessitait une cure de rajeunissement en profondeur. Or, une vaste levée de boucliers s’était orchestrée dans la population. Le ministre de la Santé à ce moment, Gaétan Barrette, s’était finalement ravisé en janvier 2018, annonçant la sauvegarde de l’établissement. Le budget de mise à niveau avait alors été estimé à environ 5 millions $. 

De son côté, le président de Santé Courville, Kenneth Courville, caressait de longue date le projet de rapatrier la quarantaine de places du centre d’hébergement Horace-Boivin.

Le chantier, déjà bien amorcé, devrait être bouclé d’ici le début de 2021.

Vétusté 

Marguerite Blais est catégorique: la fermeture du CHSLD Horace-Boivin est incontournable étant donné la condition des infrastructures. La ministre des Aînés a par ailleurs décrit le centre d’hébergement, qu’elle a visité il y a près d’un an, comme «l’un des plus vétustes au Québec». 

Une affirmation qui a fait sursauter le maire de Waterloo, Jean-Marie Lachapelle. Ce dernier accueille toutefois favorablement le dénouement de cet épineux dossier.

«Moi et les gens du conseil, on s’y attendait [à la fermeture], a-t-il dit en entrevue. Les gens qui seront à Santé Courville seront entre bonnes mains. Et les déménagements, ce n’était pas idéal. Tandis que là, les résidents vont seulement changer de bord [de rue].»

De son côté, Isabelle Charest a concédé en point de presse que l’évaluation du budget pour les travaux à Horace-Boivin était incomplète. «Une fois que les analyses plus rigoureuses ont été faites, le 5 millions $, c’était utopique de penser qu’on pouvait refaire un milieu de vie qui rencontrait les besoins des usagers [avec cette somme].»

Les coûts d’exploitation plus élevés dans un centre d’hébergement de 22 places, comparativement à 66, ont aussi pesé dans la balance, a souligné la ministre Charest.

Choix

Au départ, les 44 résidents d’Horace-Boivin devaient être transférés dans le nouveau CHSLD de Granby. Ils seront finalement 19 à y emménager. Les autres auront le choix de déménager chez Santé Courville, où les tarifs pour les usagers doivent être les mêmes que dans le réseau public.

La vocation du bâtiment qui abrite le centre d’hébergement Horace-Boivin jugé désuet n’a pas encore été déterminée. Des pourparlers entre la Ville et Québec ont été entamés en ce sens.

En entrevue en octobre dernier, la directrice du programme soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA) au CIUSSS de l’Estrie, Sylvie Moreault, avait indiqué que tous les effectifs médicaux liés aux 22 places en CHSLD qui resteront à Waterloo seraient maintenus.

Les choses sont désormais un peu plus nuancées, car les employés qui travaillent actuellement à Horace-Boivin pourront décider de traverser de l’autre côté de la rue ou de migrer vers le centre d’hébergement de Granby. En entrevue, le président-directeur général du CIUSSS de l’Estrie, Stéphane Tremblay, a assuré qu’au final «aucun emploi ne sera perdu».

Ceux qui opteront pour un emploi dans le CHSLD privé conventionné auront les mêmes conditions qu’auparavant. «Les employés seront payés comme au public avec les mêmes avantages sociaux», a fait valoir la ministre des Aînés.

Kenneth Courville estime que l’agrandissement de son établissement et les améliorations aux infrastructures existantes «répondront aux besoins de la région» pour les 25 prochaines années. «On sait que les besoins en CHSLD sont grands. On a travaillé fort pour arriver au projet final inspiré des Maisons des aînés dévoilées récemment par le gouvernement», affirme-t-il.