L’actualité régionale en bref

École alternative : pas de locaux à la Ville

La commission scolaire du Val-des-Cerfs n’ayant pas de locaux à lui offrir, le comité qui œuvre pour l’implantation d’une école alternative à Granby s’est tourné vers la Ville, lors de la dernière séance du conseil, pour savoir si elle aurait de l’espace disponible pour accueillir un tel projet. « On se tourne vers la Ville pour de l’aide, pas pour quêter », a affirmé Chantal Leclair, engagée dans le dossier. Mais elle s’est butée à une fin de non-recevoir. « Celle qui est responsable de l’éducation sur le territoire de Granby, c’est la commission scolaire du Val-des-Cerfs », a insisté le maire Pascal Bonin. Selon lui, il serait « inopportun » pour la Ville de faire de la « gestion immobilière pour la commission scolaire ». Les demandes de locaux sont aussi fréquentes, a fait valoir Pascal Bonin. « Notre premier rôle, c’est de consolider ce qui est existant. [...] Et ce n’est déjà pas évident avec plus de 370 organismes sur le territoire », a-t-il laissé tomber. Marie-France Létourneau

Règlement hors cour: acquisition de terrains

La Ville de Granby a convenu, dans le cadre d’un règlement hors cour, de faire l’acquisition du terrain situé au 120, rue de Milan, pour la somme de 157 500 $. Ce terrain, qui comprend aussi un plan d’eau, est situé à côté des milieux humides acquis en 2016 par la Ville à la suite d’un litige avec le promoteur immobilier Joël Neault. « Il y avait un litige possible avec le syndic pour le seul terrain qui restait près de la station de pompage et de la rue Fréchette. La Ville a décidé de l’acquérir parce qu’elle veut protéger non seulement le milieu naturel, mais surtout la source d’eau. C’est une protection pour les gens du secteur en réalité », a expliqué le maire, Pascal Bonin, lors de la dernière séance du conseil municipal. Marie-France Létourneau

Centre Notre-Dame: un nom pour le jubé

Le comité de toponymie de la Ville de Granby n’a pas tardé à accéder à la demande déposée en décembre dernier par un petit comité de citoyens afin que le jubé et l’orgue Casavant de l’église Notre-Dame portent le nom d’un de ses organistes au long cours et sacristain, Armand Caron. Les élus ont confirmé en début de semaine qu’une plaque commémorative à cet effet sera installée près de l’escalier de la nouvelle salle multifonctionnelle menant au jubé. La nouvelle réjouit au plus haut point les membres de la famille de M. Caron, dont un de ses fils, Jacques. « Ça me plaît de savoir ça », a-t-il laissé tomber jeudi. Selon lui, Armand Caron a été nommé organiste titulaire en 1932. Il a notamment dirigé trois chorales et enchaînait les messes le dimanche, en plus des autres célébrations à l’église. Il a fait résonner l’orgue dans l’église jusqu’à son décès, en 1968, affirme Jacques Caron. Marie-France Létourneau

BROMONT EN BREF

Brome-Missisquoi en Estrie : Bromont appuie le projet

À l’instar de Farnham, Bromont a officiellement pris position en faveur du transfert de la MRC Brome-Missisquoi, actuellement en Montérégie, vers l’Estrie. Les élus ont entériné une résolution en ce sens lors de la récente séance du conseil. Rappelons que le projet, proposé par le député de Granby, François Bonnardel, ministre des Transports et responsable de l’Estrie, prévoit également que la MRC de La Haute-Yamaska entre dans le giron administratif estrien. À ce jour, la MRC Brome-Missisquoi est desservie par des ministères répartis dans les deux régions. Les dossiers en environnement, en immigration, en justice, en santé, en sécurité publique, en tourisme et en transport sont rattachés à l’Estrie. La MRC est toutefois liée à la Montérégie en ce qui concerne les affaires municipales, l’agriculture, la culture, l’économie, l’énergie, les ressources naturelles, la faune et l’emploi. Jean-François Guillet

Pittstop Vélo-Café : les plans autorisés

Les membres du conseil ont donné leur aval à l’agrandissement du bâtiment qui abritera Pittstop Vélo-Café, soit l’ancien restaurant italien Baffetto de Roma, en bordure du boulevard de Bromont. On y retrouvera une boutique ainsi qu’un atelier, de même qu’une aire de détente où l’on servira des mets « à la fois simples et santé ». Les élus ont toutefois demandé aux associés dans ce projet, Jean-Michel Lalande et Jean-Sébastien Pitt, de revoir l’aménagement du conteneur qu’ils comptent utiliser comme bâtiment accessoire sur le site. Les promoteurs seront officiellement propriétaires de l’immeuble à la fin février. Les travaux devraient commencer en mars. L’ouverture est à l’agenda en juin. Jean-François Guillet

Recyclage du verre : Bromont demande un projet pilote

Les élus de Bromont ont entériné, lors de la récente séance du conseil, une résolution demandant à la MRC Brome-Missisquoi « d’entreprendre des démarches pour un projet pilote de collecte de verre » sur son territoire. Peu importe la position que prendra la MRC dans le dossier, Bromont lancera son propre projet, a réitéré le maire, Louis Villeneuve. Rappelons que Farnham et Brigham ont également confirmé qu’elles iront de l’avant avec un tel projet. Jean-François Guillet

Place publique : contrat de services professionnels octroyé

Au terme d’un appel d’offres, les élus de Bromont viennent d’octroyer à CIMA + SENC le contrat de services professionnels en architecture et ingénierie pour la future place publique, sise entre le Café 1792 et la boutique l’Apothicaire. La Ville a opté pour un concept alliant fluidité et flexibilité des infrastructures. La place comportera un bâtiment doté d’un bloc sanitaire, ainsi que quelques locaux. Une portion sera dédiée aux cyclistes. On y retrouvera entre autres un atelier pour réparer les vélos, avec quelques outils spécifiques. L’agora pourra accueillir de 500 à 700 personnes. Des estrades seront intégrées à même le terrain juste en face afin de se fondre dans le paysage. Plusieurs îlots de verdure seront aménagés. Cela permettra aux gens de déambuler dans des sentiers entourés de végétaux ou d’y trouver un peu d’ombre. La population pourra également pratiquer des activités en plein air sur un grand espace gazonné. Si tout se déroule comme prévu, les travaux seront lancés l’été prochain. Le projet estimé à trois millions de dollars devrait être bouclé d’ici l’automne 2019. Jean-François Guillet