Les deux suspectes recherchées.

L'actualité régionale en bref

Vol à l'étalage : deux femmes recherchées

Le Service de police de Granby est à la recherche d’informations pour lui permettre d’identifier deux femmes qui ont commis un vol à l’étalage. Le duo s’est présenté au dépanneur Super Soir de la rue Georges-Cros, le 19 janvier, en soirée. Les femmes ont pris du bois de chauffage et d’allumage qui se trouvaient à l’extérieur du commerce et l’ont déposé dans leur véhicule, une Toyota Yaris 2006 de couleur rouge-orangé. Elles ont également volé des porte-clés et des accessoires pour cellulaire dans le dépanneur. La valeur du vol est estimée à 60 $. L’une des femmes recherchées est âgée d’environ 25 ans. Elle mesure 1 mètre 65 et pèse 60 kilogrammes. Elle a les cheveux bruns. Sa complice est âgée d’environ 50 ans et porte un signe distinctif : des mots sont tatoués sur sa poitrine et le haut du corps. Toute personne qui possède des informations à leur sujet doit contacter l’enquêteur Patrick Matteau au pmatteau@granby.ca ou par téléphone au 450-776-8333 poste 3605. Les citoyens peuvent aussi transmettre de l’information de façon anonyme à Échec au crime au 1-800-711-1800. Karine Blanchard

Un garage détruit par un incendie à Rougemont

Le garage d’une résidence de Rougemont a été détruit par un incendie, jeudi après-midi, dans le rang de la Petite Caroline. Une voisine a sonné l’alarme en voyant de la fumée qui s’échappait du bâtiment. À l’arrivée des pompiers, les flammes sortaient déjà par la toiture du garage, explique Patrick Brodeur, directeur du Service de sécurité incendie de Rougemont. Vingt-cinq pompiers de Rougemont et de Saint-Césaire ont combattu le brasier. Ils ont aussi pris soin de protéger la résidence située à proximité. Malgré leurs efforts, le recouvrement a été endommagé et des vitres ont volé en éclats. Le garage avait plus d’une vocation. Une partie était aménagée pour y accueillir un logement tandis qu’une autre section était occupée par un bureau. Le bâtiment est une perte totale. Les dommages pourraient grimper à 75 000 $. L’enquête pour établir la cause du brasier a été transférée à la Sûreté du Québec. Les pompiers ont établi que le feu a pris naissance derrière la bâtisse. Des enquêteurs se sont rendus sur place en fin d’après-midi dans l’espoir de faire la lumière sur la cause du sinistre. Karine Blanchard

Face à face à Cowansville

Un face à face a perturbé la circulation en fin d’après-midi sur le boulevard Jean-Jacques-Bertrand à Cowansville. Les policiers de la Sureté du Québec ont été appelés sur les lieux peu avant 15 h 30 où ils ont retrouvé l’un des deux véhicules à quelques mètres sur le bas-côté. La collision frontale a eu lieu dans une zone où la vitesse est limitée à 70 km/h. Seuls les conducteurs étaient à bord des véhicules. Des pinces de désincarcération ont été nécessaires pour sortir les blessés, qui ont par la suite été transportés à l’hôpital. Les policiers ignorent la cause de l’accident. Des échantillons sanguins ont toutefois été prélevés sur l’un des deux individus. Selon le porte-parole de la SQ Claude Denis, plusieurs semaines seront nécessaires avant d’obtenir les résultats. Mickael Lambert

Les loisirs seront gérés par la Ville de Lac-Brome

La Ville de Lac-Brome gèrera désormais ses activités de loisirs. L’organisme sans but lucratif « Loisirs et services communautaires de Lac-Brome inc. », qui en avait jusqu’à présent la tâche, sera fusionné à l’appareil municipal. Aucun échéancier n’est encore prévu pour cette fusion. L’imposition d’un nouveau cadre fiscal en plus d’une administration de plus en plus lourde a motivé la décision prise de concert entre les deux parties. La contribution de la Ville à l’organisme a grimpé dans les dernières années avec les nouvelles règles financières et l’accumulation de responsabilités a ralenti l’administration de l’organisme. « Les économies possibles ne sont cependant pas encore chiffrées », précise Ghyslain­ Forcier, porte-parole de la Ville de Lac-Brome. Pour compenser la dissolution du conseil d’administration, la Ville mettra sur pied un comité consultatif en loisirs et vie communautaire. Aucun poste salarié ne sera aboli. D’ici la dissolution de son organisme, la directrice générale Johanne Morin veut travailler sur une proposition qui permettra aux bénévoles de réellement contribuer au développement des loisirs à Lac-Brome. « Rien ne changera pour le citoyen », assure Mme Morin. Mickael Lambert