Lucie Cousineau, Julie Bérubé, Edith Kaltenriede, Sylvie Veilleux et Stéphane Lapointe ont participé au lancement des activités de l’Accorderie de Granby et région.

L'Accorderie de Granby et région officiellement lancée

Changer le monde une heure à la fois: c’est le pari qu’entend relever la nouvelle Accorderie de Granby et région. Ses activités ont été officiellement lancées vendredi, après de nombreuses démarches.

La mission du nouvel organisme est simple. Elle consiste à favoriser les échanges entre les membres, permettant à chacun de mettre ses «talents» aux services des autres dans une perspective d’entraide, de solidarité et de coopération, a expliqué la directrice générale de l’Accorderie, Sylvie Veilleux, à l’occasion d’un point de presse.

«À l’Accorderie, le bénévolat n’existe pas. Une heure de services donnée égale à une heure de services à recevoir», a-t-elle fait valoir.

Cela fait longtemps que le projet est dans l’air dans la région. Il a d’ailleurs rapidement fait plusieurs adeptes lorsque l’idée a été lancée à l’hiver 2018 dans le cadre des rencontres du groupe Demain Granby. Il est appuyé par plus d’une quinzaine d’organismes de la région. Mais la route a été longue avant de parvenir au lancement des activités. Des démarches ont dû être effectuées pour créer l’organisme et obtenir des subventions, a expliqué la présidente du conseil d’administration provisoire, Julie Bérubé.

Sclérose en plaques Haute-Yamaska-Richelieu (SEPHYR) parraine l’initiative. Elle offre en outre un espace de travail à l’Accorderie dans ses locaux. L’ex-directrice de SEPHYR, Lucille Dignard, a tout de suite cru au projet, a souligné celle qui lui a succédé à la direction, Lucie Cousineau.

Le Fonds d’aide au rayonnement des régions (FARR) a pour sa part accordé une aide financière de 67 000 $ au projet. D’autres partenaires financiers pourraient s’ajouter.

Rencontres

Avec le temps et les talents, l’Accorderie crée en quelque sorte une monnaie d’échange alternative et accessible à tous, illustre Sylvie Veilleux. Outre les échanges individuels, les échanges collectifs et associatifs sont aussi possibles. Cela «devient un puissant antidote pour contrer notamment l’isolement social, la pauvreté et améliorer la résilience collective», affirme la directrice générale de l’organisme.

Tous les talents sont utiles à l’Accorderie. «Il y a une liste de 1200 offres de services potentiels. Ça va de l’aide aux devoirs à faire de la nourriture pour d’autres. (...) Ça peut être pour garder ou promener un chien, corder du bois, tondre la pelouse, faire du ménage, faire la lecture à ceux qui ont des déficiences visuelles», affirme Mme Veilleux.

Selon elle, il faut d’abord être membre pour devenir «accordeur». Chacun est ensuite invité à rédiger son offre de service sur un site web de l’Accorderie. Les membres peuvent par la suite faire une recherche sur le site pour trouver le service dont ils ont besoin. Il appartient aux deux accordeurs de convenir des détails pour la réalisation des services, détaille la DG.

Avant de devenir membre, il est recommandé de participer à une des rencontres d’informations et d’inscription qui seront organisées. Trois d’entre elles sont prévues le 10 décembre, à 17h, 18h et 19h, dans les locaux de SEPHYR, au 24, rue Saint-Joseph à Granby. Le calendrier d’inscriptions et d’activités sera publié sur la page Facebook de l’organisme, note Sylvie Veilleux.

Réseau

D’ici trois à cinq ans, l’Accorderie espère compter 600 membres qui s’échangeront des services qui pourraient totaliser 1800 heures annuellement.

L’organisme veut aussi étendre son territoire à l’ensemble de la Haute-Yamaska, ainsi qu’aux régions de Brome-Missisquoi et de Rouville. Des cellules d’échanges seront mises en place dans les différentes municipalités. «On sait que souvent les services vont se rendre s’il y a une proximité entre les gens. On va développer des cellules, petit à petit, au fur et à mesure que les gens manifestent de l’intérêt et veulent s’investir dans ce nouveau projet de société», dit Mme Veilleux.

La nouvelle Accorderie de Granby et région est la 12e franchise au Québec. En France, il y en a plus de 30, semble-t-il.