« (...) On a de la bonne eau et on en a en bonne quantité. Mais si on veut la conserver, il faut s'en occuper et c'est le rôle d'un élu de le faire », soutient Corinne Labbé, candidate à la mairie de Cowansville.

Lac Davignon: Labbé lancerait les travaux en 2018

Les travaux pour réduire les sédiments qui entrent dans le lac Davignon et qui causent son envasement débuteront au printemps. La candidate à la mairie de Cowansville Corinne Labbé s'y engage.
Les travaux permettraient de corriger les problèmes d'érosion des ruisseaux tributaires du lac. Ils viseraient aussi à réaménager les fossés qui se rendent dans le plan d'eau. « C'est un engagement responsable. Responsable parce que notre lac est notre source d'eau potable. On a de la bonne eau et on en a en bonne quantité. Mais si on veut la conserver, il faut s'en occuper et c'est le rôle d'un élu de le faire », explique-t-elle.
La candidate entend faire pression sur le ministère de l'Environ­nement pour obtenir des subventions pour payer une partie des travaux. « Parallèlement, j'interpellerai les responsables politiques de ce dossier à Québec. Ils doivent se commettre et nous donner les sommes nécessaires à régler la problématique­ une fois pour toutes. »
Mme Labbé apportera aussi le sujet de l'envasement du lac à la table des maires de la MRC. Les municipalités de Lac-Brome, Dunham­ et Sutton seront ap­pelées à faire leur part des travaux, le bassin du lac Davignon se trouvant à 96 % sur leur territoire, note Mme Labbé­. La loi 132, adoptée cet été, incite les municipalités à prendre leurs responsabilités à l'égard de l'environnement­, soutient-elle.
En effectuant les travaux sur son territoire, soutient Mme Labbé, Cowansville enverra un message fort aux municipalités voisines. « C'est un dossier politique, pas administratif. On doit avoir un plan régional pour la conservation et la restauration de notre bassin versant. »
Le conseil a pu prendre connaissance dernièrement d'une étude sur les solutions à l'envasement du lac Davignon, a dit Mme Labbé. Les mesures proposées demeurent confidentielles, soutient-elle. Celle qui est présentement conseillère du quartier de Ruiter n'a pu chiffrer combien coûteraient ces travaux. « Le prochain conseil va devoir établir un cadre financier. Ça va être une priorité pour moi. Mais ça doit aussi l'être pour le conseil », a-t-elle affirmé en entrevue vendredi après avoir présenté ses engagements en matière d'environnement.
Financement récurrent
L'autre engagement de Mme Labbé­ concerne le comité de sauvegarde du bassin du lac Davignon­. La candidate mairesse veut lui octroyer un financement récurrent. « On a la chance d'avoir plusieurs citoyens qui donnent bénévolement de leur temps pour le lac. On doit les encourager et ça passe par un financement de leurs activités­ », a-t-elle dit.
Mme Labbé a rappelé que la municipalité accordait des subventions à plusieurs organismes communautaires sur son ter­ritoire. « On peut aider aussi les groupes environnementaux. Ils ont un rôle important de chien de garde. »
Elle n'a pu dire quel montant le comité recevrait sous une administration placée sous son égide. Le conseil statuera du montant, a-t-elle répondu.
La Ville ne finance pas les activités du comité. L'an dernier, elle lui a remis 2000 $ pour l'aider à défrayer les coûts de l'inventaire piscicole mené par l'organisme.