Comme en 2018, la quantité de phosphore dans le lac Bromont a diminué de 70% comparativement aux prélèvements faits avant l’opération Phoslock, à l’automne 2017.

Lac Bromont: la qualité de l’eau se maintient

Le lac Bromont est toujours en bonne santé, ont révélé les échantillons prélevés en mai et en juin. Comme l’an passé, l’épandage de 174 tonnes de Phoslock, un composé unique servant à neutraliser le phosphore dans le plan d’eau, continue de porter ses fruits.

L’opération Phoslock, réalisée à l’automne 2017, avait permis de diminuer drastiquement les apparitions de fleurs d’eau (cyanobactéries) à la surface du lac l’été suivant. Auparavant, l’eau pouvait ressembler à «de la soupe aux pois verts», avait illustré en entrevue à La Voix de l’Est la coordonnatrice de projet biologie et environnement au sein de l’organisme Action conservation du bassin versant du lac Bromont (ACBVLB), Élizabeth Groulx-Tellier. Jusqu’ici cette saison, la plage a dû être fermée à seulement deux reprises en raison des efflorescences d’algues bleu vert. Comme en 2018, la quantité de phosphore a diminué de plus de 70 %, ont révélé les prélèvements faits cette année.

Les restrictions de baignade en 2019 sont principalement attribuables au fait que «la direction des vents dominants au lac Bromont (Sud-Est et Sud-Ouest) fait en sorte que l’écume de cyanobactéries est presque toujours projetée vers la plage municipale», a fait valoir la municipalité par voie de communiqué.

Apports externes

Selon la Ville, l’augmentation des apports externes en phosphore, notamment à la suite d’épisodes de fortes pluies, serait principalement en cause dans l’apparition momentanée de fleurs d’eau, mieux connues sous le terme anglais «bloom». «L’an dernier, les premiers blooms ont été observés au mois d’août à la suite d’une pluie diluvienne qui avait inondé la plage municipale, a mentionné la Ville. Cette année, les mois de mai et juin ont été particulièrement pluvieux. [...] Ces pluies apportent de grandes quantités de phosphore dissous associé aux particules en suspension. Ce phosphore doit être contrôlé si nous voulons assurer la pérennité du traitement Phoslock.»