Cecilia Capocchi, Marc Gendron, Karine Blanchard et Line Turcotte ont participé à l’élaboration de l’entente qui prévoit la cession des archives de La Voix de l’Est à la Société d’histoire de la Haute-Yamaska.

La Voix de l'Est cède ses archives à la Société d'histoire

La Société d’histoire de la Haute-Yamaska veillera désormais sur les imposantes archives de La Voix de L’Est. Le quotidien de Granby lui a fait don de ses photos, négatifs, microfilms et éditions papier du journal qui témoignent d’un important pan de l’histoire régionale des dernières décennies.

Dans le détail, la convention de donation survenue récemment entre les deux parties porte sur quelque 436 000 photographies sur papier s’étalant de 1950 à 2000, environ 136 000 photographies sur négatifs, couvrant la période entre 1990 et 1999, près de 700 reliures des éditions du journal entre 1981 et 2016 et pas moins de 500 bobines de microfilms des éditions du journal entre 1935 et 2011.

« C’est vraiment un don majeur pour nous. Les archives de La Voix de l’Est, on en a besoin pour écrire l’histoire. (...) Je dirais que tout le monde y gagne, y compris la population qui pourra consulter ces archives », fait valoir la directrice générale de la Société d’histoire de la Haute-Yamaska (SHHY), Cecilia Capocchi.

Selon elle, le matériel cédé s’ajoutera au fonds d’archives de La Voix de l’Est, déjà sous la responsabilité de la société d’histoire. Ce don en fait d’ailleurs le plus important fonds d’archives, en termes de photos, précise Mme Capocchi.

Luc de Larochelière et René Simard en 1990, à l’occasion du Festival international de la chanson de Granby.

Cette entente s’inscrit dans le cadre du plan de relance du quotidien granbyen, ainsi que la réorganisation de ses locaux. Pour l’heure, la coopérative de solidarité de La Voix de l’Est n’a pas encore statué si elle demeurera sur la rue Dufferin ou si elle déménagera, mais elle sera assurément appelée à occuper une plus petite superficie. D’où l’importance d’assurer la pérennité de ses archives.

« On voulait utiliser les archives à bon escient et, surtout, qu’elles reviennent à la communauté. En les cédant à la société d’histoire, on rend ces années d’histoire-là, que ce soit sous forme de photos, de reliures ou autres, disponibles à l’ensemble de la population. C’était important pour nous », souligne le rédacteur en chef du journal, Marc Gendron.

Trésors

« Et ça allait de soi de les offrir (les archives) à la société d’histoire. Ça fait partie de leur mandat, leur mission. Tout va être conservé dans les règles de l’art », relève la journaliste Karine Blanchard, qui a piloté le projet.

« On va mettre tous les documents dans des contenants de qualité archivistique, dont des boîtes et des chemises sans acide. Pour le moment, on va les entreposer dans nos magasins d’archives, donc où les conditions de conservation sont les meilleures. Éventuellement, on va les indexer et revoir le classement physique et intellectuel, au besoin », dit Cecilia Capocchi.

Le défunt chef du Parti québécois, René Lévesque lors d’une visite des installations de l’entreprise Lassonde à Rougemont, en 1981.

Le chef photographe au service de La Voix de l’Est depuis pratiquement 40 ans, Alain Dion, estime que les archives se devaient d’être confiées à la SHHY. « C’est elle qui peut être le gardien le plus fiable, le plus intéressé et le plus consciencieux », dit celui qui a croqué un nombre imposant des clichés contenus dans les archives.

Selon lui, plusieurs « trésors » se cachent d’ailleurs parmi les centaines de milliers de photographies papier classées et conservées, comme cette photo de l’ex-maire et fondateur du Zoo de Granby, Horace Boivin, avec un chimpanzé dans les bras, ou celle du prince Rainier en visite au Zoo avec ses enfants ou encore les passages dans la région du défunt chef du Parti québécois, René Lévesque.

« C’est aussi la même chose pour le sport. Les Bisons, les Prédateurs, Patrick Roy, Stéphane Richer, Pierre Turgeon : c’est l’histoire sportive. On a aussi toutes les photos des éditions du Festival international de la chanson de Granby. Il faut conserver tout ça », relève Alain Dion.

Pour Karine Blanchard, c’est également « l’histoire de la région » et de tous ceux — politiciens, entrepreneurs, bénévoles, citoyens de tous horizons — qui « l’ont façonnée à leur façon ».

Le hockeyeur Patrick Roy en 1982, alors qu’il portait les couleurs des Bisons.

Deux employés de La Voix de l’Est, Lucie Chabot et Chantal Naud, ont procédé à l’échantillonnage du matériel cédé.

La convention de donation prévoit en outre que La Voix de l’Est conservera un libre accès à ses archives et que les crédits seront préservés afin de reconnaître le travail des artisans du quotidien.

Ces archives s’ajoutent au Fonds Jeannot Petit, photographe à La Voix de l’Est, entre 1975 et 1990, qui a également fait don de ses photographies sur négatif à la SHHY.