La Marche pour la vie est au coeur du projet personnel de Mélodie Millette-Lamoureux.

La vie, un pas à la fois

Mélodie Millette-­Lamoureux est derrière La Marche pour la vie, qui aura lieu le 7 janvier prochain à Farnham. L’événement est au cœur du projet personnel de la finissante du programme d’éducation internationale à l’école secondaire Jean-Jacques Bertrand, qui souhaite par la bande venir en aide à son prochain.

La jeune femme a la cause particulièrement à cœur. En effet, son père s’est enlevé la vie alors qu’elle était âgée de onze ans, en 2012. Depuis, Mélodie, maintenant âgée de 16 ans, souhaitait s’impliquer pour la prévention du suicide.

« J’ai eu l’idée de créer un événement en secondaire trois, se souvient Mélodie qui, l’année précédente, avait œuvré comme bénévole pour une marche-bénéfice au profit de la Maison Au Diapason. J’aimais le côté rassembleur et positif d’une marche, qui permettait en même temps de sensibiliser les gens à une cause. »

L’ampleur du travail pour organiser et mener à terme un tel événement a d’abord légèrement angoissé l’adolescente, qui a tout de même choisi de foncer tête première. « J’ai continué parce que j’ai réalisé que si je réussissais, j’aurais de quoi être encore plus fière de moi », confie l’aînée d’une fratrie de trois.

« Une marche comme celle-là, professionnellement, peut prendre toute une année à organiser, ajoute-t-elle. Moi, je dois tout faire en trois mois. »

Briser le tabou

Par son événement, Mélodie espère contribuer à mettre fin au tabou entourant encore la notion de suicide. « Il faut qu’on en parle, que les gens soient à l’aise d’aborder le sujet, argue-t-elle. Plus on en parle, moins les personnes qui ont des idées noires hésiteront à demander de l’aide. »

Dès 9 h, les participants seront accueillis au Marché public de la Station gourmande de Farnham, où ils pourront entendre les témoignages d’individus touchés par le suicide d’un proche. Une intervenante du Centre de prévention du suicide de Granby prendra également la parole et sera disponible pour accueillir des confidences, au besoin.

« Personnellement, quelqu’un qui me raconte son expérience, ça me touche plus que de simples statistiques », indique Mélodie.

Le grand départ de la marche sera donné sur le coup de 10 h. Dès lors, les participants emprunteront un trajet de cinq kilomètres, principalement sur la piste cyclable, en direction du sentier de la nature, qu’ils sillonneront avant de revenir sur leurs pas. « Avec ce trajet-là, ce n’était pas nécessaire de fermer des rues », indique Mélodie, qui a planifié elle-même l’itinéraire.

Au retour, les marcheurs seront accueillis par son oncle et parrain, le chansonnier Karl Millette.

Coup de main

Grâce à des références, Mélodie est entrée en contact avec une organisatrice d’événements affiliée au Grand Défi Pierre Lavoie. Celle-ci évaluera, d’un œil professionnel, le fruit du labeur de la jeune femme, qui a aussi obtenu l’aval du Centre de prévention du suicide de Granby comme bénéficiaire du projet. L’affiche annonçant la marche a été réalisée de concert avec une amie de la famille.

L’Association québécoise de prévention du suicide aidera pour sa part Mélodie à bien communiquer ses messages. Le suicide étant une problématique extrêmement délicate, il faut éviter d’aborder les différentes manières de mettre fin à ses jours, mais plutôt traiter du sujet sous un angle positif et lumineux.

« C’est pour cela que j’ai choisi d’appeler mon événement La Marche pour la vie, explique l’organisatrice. C’est un beau titre, c’est positif et ça reflète la cause. »

Mélodie a de plus pu compter sur l’appui de sa famille, de ses camarades de classe et de ses professeurs. 

« Beaucoup de gens sont surpris que je fasse mon projet là-dessus. Pour moi, c’est aborder un sujet qui a changé ma vie et qui m’accompagne quotidiennement, philosophe-t-elle. Je veux aider les autres, ceux qui restent et ceux qui songent [à partir]. Si je peux aider une seule personne grâce à tout cela, ça sera une personne de sauvée. »

Il en coûtera 10 $ pour s’inscrire à la marche et les dons sont également acceptés. Toutes les sommes amassées seront remises au Centre de prévention du suicide de la Haute-Yamaska, à Granby. « On m’a dit que le montant n’était pas important et que ce qui comptait, c’est le geste », indique la jeune femme.

Pour obtenir un billet pour la marche ou pour faire un don, on peut contacter Mélodie sur Facebook ou par courriel à melodiemillettelam@live.ca. Il sera aussi possible de s’inscrire sur place.