On pourra voir Michel Breton dans l’épisode du vendredi 24 janvier prochain. Le Granbyen possède maintenant un petit hôtel-boutique à Istanbul.

La vie d’expatrié de Michel Breton

Expat. Un tout petit mot pourtant peu banal, qui colle à la peau de ceux qui choisissent d’aller voir ailleurs et d’y poser leurs pénates pour de bon. Comme Michel Breton, qui a quitté la région il y a près de 20 ans pour s’établir en Turquie. Les curieux (et les rêveurs) pourront avoir un aperçu de son quotidien là-bas lors d’un des épisodes de la deuxième saison d’Expat, diffusée sur les ondes de CASA cet hiver.

Lorsque La Voix de l’Est avait raconté son histoire, en 2008, Michel Breton enseignait l’anglais dans une école cossue et privée d’Ankara. C’est son métier de professeur qui l’avait d’ailleurs mené — un peu par hasard — dans ce pays à la frontière de l’Asie et de l’Europe. À l’époque, le trentenaire affirmait y avoir trouvé « son chemin ».

Plus d’une décennie plus tard, bien des choses ont changé dans la vie du Granbyen d’origine. Il vit maintenant en plein cœur d’Istanbul où il a réalisé son grand rêve de se lancer en affaires. Depuis le 25 décembre 2018, il possède en effet le petit hôtel-boutique et le café Inqlusif dans le quartier animé de Galata. 

Jamais à court d’idées et d’énergie, l’homme a loué et rénové de fond en comble un immeuble désaffecté pour en faire un établissement raffiné de sept chambres qui accueille des touristes de partout dans le monde. 

« J’adore leur expliquer Istanbul et mon aventure ici. J’essaie de rencontrer les clients et de faire en sorte qu’ils se sentent comme chez eux. C’est un tournant de carrière que j’adore. J’ai une personnalité qui va bien avec ce métier ! »

Il n’a pas délaissé complètement sa passion de l’enseignement pour autant ; il offre des cours d’anglais particuliers à temps partiel. On peut même voir Michel Breton au petit et au grand écran turc sporadiquement. « Une agente de casting m’a remarqué. Elle aimait ma personnalité... et mon accent ! » rigole ce touche-à-tout qui parle le turc couramment.  

Michel Breton a accueilli l'équipe de tournage d'Expat dans sa ville d'adoption en octobre dernier.

Un tournage « tripant »

C’est un peu tout cela qu’on pourra découvrir dans l’épisode d’Expat du 24 janvier prochain. C’est une amie granbyenne qui lui a suggéré de s’inscrire à l’émission de voyage. Au bout de plusieurs étapes de sélection, l’homme de 51 ans a appris que la production l’avait choisi. L’animateur Jean-Michel Péloquin et trois membres de l’équipe de tournage sont donc débarqués à l’hôtel, en octobre dernier, pour une journée de préparation et une journée de tournage. 

Michel Breton a adoré l’expérience. « Ç’a été vraiment tripant. Jean-Michel Péloquin est très relax. Ç’a été une belle journée ! » dit-il, sans pouvoir dévoiler le contenu du segment qui le concerne. Mais on le verra assurément dans le décor de l’Inqlusif et dans les environs pendant qu’il racontera son histoire. 

« Je trouve ça cool comme concept d’émission. Ça me ressemble. Et puis, si je peux faire découvrir aux Québécois qu’un des leurs a un petit hôtel en Turquie, tant mieux. »

Question d’équilibre

Dans le portrait que le journal dressait de lui, il y a 12 ans, Michel Breton émettait le souhait d’aller vivre dans un autre coin du monde. Par plaisir, par envie de changement, par soif de découvertes aussi. Le savoir encore en Turquie est donc un peu étonnant. 

« Ça a adonné comme ça. C’était le destin. Je ne me pose pas de questions dans la vie. Je ne suis jamais dans le regret et je vais de l’avant. Le projet d’hôtel s’est fait tout naturellement et ça va super bien. »

Tout à fait intégré à son milieu d’adoption, Michel Breton s’est tissé un solide réseau d’amis turcs, mais aussi expatriés. « J’ai besoin de cet équilibre en amitié. Comme j’ai besoin d’aller voir mes proches à Granby deux ou trois fois par année. »

Il est vrai que la vague d’attentats de 2015-2016 en Turquie a fortement ébranlé le pays, le tourisme et son sentiment de sécurité. « J’ai eu peur, bien sûr. À cette époque, je suis retourné à Granby, puis j’ai fait des allers-retours Granby-Istanbul régulièrement... Mais je suis revenu ici pour de bon. La situation s’est calmée complètement », assure-t-il. 

Reviendra-t-il un jour s’établir au Québec ? « C’est difficile à dire. Moi, je vis au jour le jour. Il y a un an et demi, je n’aurais jamais pensé avoir un hôtel. Je ne planifie pas mon futur. Mais j’ai d’autres projets qui me trottent dans la tête, et ils sont ici. »

Chose certaine, il profite pleinement de tout ce que la vie lui offre, ne disant jamais non à un bon café ou à « un petit thé turc » !


Expat est diffusée le vendredi à 19 h sur les ondes de CASA.