La vente au détail de cannabis n’est plus permise que dans un secteur de Granby. D’autres zones commerciales ont été ciblées.

La vente de cannabis permise dans un secteur élargi à Granby

L’implantation d’une succursale de la Société québécoise du cannabis (SQDC) à Granby ne sera plus cantonnée que dans la zone commerciale de la rue Saint-Jude Nord, près de la SAQ. La Ville a déposé un avis de motion pour permettre la vente au détail de cannabis dans d’autres secteurs.

Quatre nouvelles zones ont été identifiées. Grosso modo, elles s’étirent de part et d’autre de la rue Principale, entre les rues Guy et Dutilly.

Une assemblée publique de consultation sur cette modification est prévue le 27 novembre prochain, à 18h30, à l’hôtel de ville.

«Les endroits qu’on avait jusqu’à maintenant (le secteur ciblé) n’étaient pas suffisants. On a libéré d’autres secteurs, mais toujours en respectant le principe de ne pas être près des écoles», a fait valoir le maire suppléant, Jocelyn Dupuis, au terme de la dernière séance du conseil municipal.

La Voix de l’Est a rapporté le mois dernier qu’Alain Brunet, PDG de la SAQ, l’organisme responsable de la mise en place de la SQDC, s’est déplacé à Granby pour discuter de l’ouverture d’une succursale.

«Très honnêtement, après la rencontre, on s’est rendu compte que le plan qu’on avait ne cadrait pas avec les objectifs de la SQDC», avait affirmé le maire Pascal Bonin, en entrevue.

D’où la nouvelle démarche de modification du zonage de façon à agrandir les zones commerciales où la vente au détail de cannabis et de produits dérivés est permise.

Recherche

Le maire Bonin avait précisé que le dossier est entre les mains de Commerce Tourisme Granby et région (CTGR). L’organisme accompagne la SQDC dans la recherche d’un local.

Selon Jocelyn Dupuis, certains emplacements ont été ciblés. Les démarches de modification du zonage suivront ainsi leur cours.

Pascal Bonin a confirmé qu’une succursale de la SQDC ouvrirait ses portes à Granby en 2019. Dans son esprit, c’est «canné», a-t-il lancé. À la lumière des récentes démarches, tout porte à croire que le projet va bon train.

Le maire Bonin a par le passé manifesté son opposition à la légalisation de la marijuana. Bien que ses réticences demeurent présentes, il a dit avoir «tourné la page», maintenant qu’il est désormais possible de consommer du cannabis à des fins récréatives en toute légalité. Granby étant une ville-centre, il serait par ailleurs illogique, selon lui, que la SQDC s’implante dans une municipalité voisine.