Au lieu d'assister à la disparition quasi complète des activités de Camoplast dans notre région comme cela avait été annoncé, l'usine restera ouverte et conservera environ le tiers de ses employés.
Au lieu d'assister à la disparition quasi complète des activités de Camoplast dans notre région comme cela avait été annoncé, l'usine restera ouverte et conservera environ le tiers de ses employés.

La survie de Camoplast se confirme

Étienne Fortin-gauthier
La Voix de l'Est
La survie de l'usine Camoplast Solideal de Roxton Falls se confirme. Au lieu d'assister à la disparition quasi complète des activités de l'entreprise dans notre région comme cela avait été annoncé, l'usine restera ouverte et conservera environ le tiers de ses employés. Un revirement de situation rendu possible grâce à l'arrivée d'un quatuor d'investisseurs.
«Nous avons pu annoncer aux employés des nouvelles positives. Nous confirmons à la fois la signature d'une entente avec Kawasaki et le transfert de l'usine à une partie du management actuel. L'acquisition par ces quatre personnes devrait se compléter officiellement d'ici la fin du mois d'août», a indiqué hier à La Voix de l'Est, Martin Carrier, vice-président, développement des personnes et de l'organisation chez Camoplast.
Il y a un an, les dirigeants de Camoplast annonçaient pourtant que la délocalisation des usines d'assemblage de Bombardier Produits Récréatifs au Mexique allait provoquer la fermeture quasi complète de l'usine de Roxton Falls. C'était alors l'onde de choc chez les employés.
Comment le portrait a-t-il pu se transformer à ce point en l'espace de quelques mois? «Il y a eu énormément de travail fait pour trouver des solutions avec les gens de l'usine, mais aussi des représentants de la Ville et du gouvernement», répond M. Carrier, sans donner davantage de détails.
Tous les détails dans notre édition de jeudi