La Cabane à Chat a lancé Opération chats de grange, en collaboration avec la Clinique Vétérinaire de Granby.
La Cabane à Chat a lancé Opération chats de grange, en collaboration avec la Clinique Vétérinaire de Granby.

La stérilisation des chats errants pour contrer la surpopulation

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
La surpopulation féline cause des maux de tête à plusieurs propriétaires de terrains dans la région. Pour tenter d’endiguer le problème, des opérations de stérilisation auront lieu sous peu, notamment à Granby et à Rougemont.

« C’est un problème récurrent, les gens vont abandonner des chats, des chiens et d’autres animaux à la campagne quand ils n’en veulent plus », déplore Sylvie Lussier, qui préside le refuge la Cabane à chat. La période des déménagements et la fin de la période estivale, où des gens s’apprêtent à fermer leur chalet pour l’hiver, sont les moments dans l’année où « c’est la folie », dit-elle.

Son organisme a donc lancé Opération chats de grange, en collaboration avec la Clinique Vétérinaire de Granby, qui a accepté d’offrir une journée de stérilisation gratuite de chats à l’attention de propriétaires de terres et d’agriculteurs, qui devaient réserver leur place à l’avance.

En se procurant la carte de membre annuelle de l’organisme au coût de 20 $, il leur sera possible de faire stériliser deux chats. « Stériliser une chatte coûte environ 180 $ », indique Mme Lussier, qui promet que le coût de la carte de membre sera un « 20 $ bien investi » dans la mission de la Cabane à chat, qui accueille, soigne et stérilise des chats destinés à l’adoption.

En tout, 18 chats, huit femelles et 10 mâles, seront stérilisés la seule journée du 26 février.

Bien que peu publicisée, l’initiative de la Cabane à chat a été victime de sa popularité. « On a même des gens qui sont prêts à se déplacer à 30 minutes d’avis si on a une annulation, ou qui sont sur la liste d’attente pour l’année prochaine », se réjouit Mme Lussier.

Celle-ci aurait aussi été sollicitée par des résidents d’autres régions de la province qui souhaiteraient bénéficier d’une telle initiative. « J’espère que c’est un mouvement qui va faire des petits ! , indique la présidente. Nous, l’an prochain, on aimerait s’implanter à Cowansville. »

Mme Lussier indique avoir échangé avec des représentants du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), qui auraient été emballés par son projet, au point de souhaiter l’implanter ailleurs au Québec.

Campagne de stérilisation à Rougemont

À Rougemont, la surpopulation de chats errants dans certains secteurs déplaît à des citoyens, qui avaient déposé une pétition au conseil municipal en ce sens l’an dernier.

« Il y a des gens qui nourrissent les animaux, qui font ensuite des bébés et des dommages. Ça cause des problèmes à des citoyens, particulièrement dans le secteur de la rue Guy et du camping », explique la directrice générale de la municipalité, Kathia Joseph.

Le conseil municipal a donc mandaté la Fondation Caramel pour mettre sur pied un plan de stabilisation de la population de chats errants grâce à la stérilisation.

« On veut surtout responsabiliser les gens, explique Mme Joseph. Pour nous, si un citoyen nourrit des chats errants, il en devient responsable. Il doit s’engager à en devenir le gardien. »

D’ailleurs, la municipalité oblige désormais les propriétaires de chats domestiques qui vont à l’extérieur de leur procurer une médaille d’identification et de les faire stériliser.

Autrement, le chat sera capturé pour être relâché dans la colonie de la fondation située à Saint-Valérien-de-Milton. Dans certains cas, les bêtes pourront être mises en adoption.

Pour la première année de l’opération, le conseil municipal a débloqué un budget d’environ 1000 $, qui pourrait être révisé à la hausse si les besoins sont trop grands. La reconduite du projet, elle, sera revue annuellement.