Sonya Gagnon, de la SPA des Cantons, lance un appel à tous, notamment via le site GoFundMe.

La SPA des Cantons en difficulté

Pour passer à travers un automne difficile, la Société protectrice des animaux (SPA) des Cantons lance un appel à l’aide. Face à une recrudescence d’animaux abandonnés et aux prises avec des problèmes financiers, l’organisme cherche des moyens de s’en sortir, notamment à travers une campagne de sociofinancement.

Dans un long message diffusé mardi soir sur sa page Facebook, la SPA des Cantons affirme être «au pied du mur» et «avoir de la misère». À La Voix de l’Est, la directrice de l’administration de l’organisme, Sonya Gagnon, a toutefois assuré que la situation n’était pas dramatique.

«On ne veut pas faire peur aux gens; on veut seulement les informer de la problématique.»

Selon la dame, il s’agit néanmoins de la pire année financière depuis qu’elle a joint l’organisation, il y a quatre ans. Le nombre de plus en plus élevé d’animaux errants et abandonnés (27% de plus, cette année, seulement entre avril et septembre) en serait la principale cause.

«Et les chats sont notre plus gros problème. On reçoit entre 100 et 200 chats par mois. Il faut vérifier leur état et les soigner si nécessaire. Chaque chat peut coûter entre 9,77 $ et 12 $ par jour», explique-t-elle, en soulignant l’importance de mettre sur pied des programmes de «capture/stérilisation/relâche» dans les municipalités.

Car devant cette surpopulation de chats, l’espace ne suffit pas dans les installations de Granby et Cowansville. Lorsque c’est possible, la SPA transfère des bêtes dans d’autres provinces. Sinon, elle se voit dans l’obligation d’euthanasier les plus fragiles et les plus sauvages.

Même si les félins sont nombreux, les installations de Granby et Cowansville accueillent également de nombreux autres animaux de compagnie.

Sans compter qu’à tous ces félins s’ajoutent des chiens et une foule d’autres petits animaux qui, en dernier recours, aboutissent dans leurs refuges.

GoFundMe

Pour renflouer les coffres en cette fin d’année, une campagne de financement a été lancée le 9 octobre dernier sur la plateforme GoFundMe. Mercredi, le montant amassé frôlait les 4000 $ sur un objectif de 10 000 $. Une centaine de personnes y avaient contribué à hauteur de 5 $ à 200 $ par don. Il n’y a pas de date limite pour contribuer, note Mme Gagnon.

L’argent recueilli permettra de payer des factures en souffrance et de se constituer un «coussin» jusqu’aux Fêtes.

À ceux qui pourraient croire que la SPA tire des revenus suffisants des ententes qu’elle a signées avec ses 27 municipalités partenaires, l’organisme rappelle que ce n’est pas le cas. Outre les frais vétérinaires, qui constituent bien sûr une part importante du budget, la SPA souligne également ses dépenses de loyer et d’entretien, en plus des salaires, des factures d’électricité, etc.

«La SPA des Cantons n’a pas de subvention», précise-t-on.

Mercredi, les internautes ont été nombreux à réagir à la publication Facebook et à la commenter. En plus des mots d’appui, plusieurs se sont même permis quelques suggestions personnelles pour amasser des fonds, allant de la publication d’un calendrier à un marchethon, en passant par un spectacle-bénéfice et un programme de parrainage d’animaux.

«Je prends note de toutes les idées», assure Mme Gagnon.

Plusieurs activités sont d’ailleurs prévues dans les prochaines semaines à Cowansville: une vente de livres usagés le samedi 20 octobre, une journée de photos d’Halloween pour animaux de compagnie le 27 octobre et un souper spectacle le 3 novembre.