Jean-Daniel Gilbert est candidat au poste de conseiller dans le district 3. Il est opposé à Julie Bourdon et Réjean Chabot.
Jean-Daniel Gilbert est candidat au poste de conseiller dans le district 3. Il est opposé à Julie Bourdon et Réjean Chabot.

La sécurité routière avant tout pour Jean-Daniel Gilbert

Jérôme Savary
Jérôme Savary
La Voix de l'Est
Jean-Daniel Gilbert n’en démord pas. Les véhicules roulent trop vite dans les quartiers résidentiels, insiste le père de quatre enfants, qui propose d’abaisser la vitesse maximale. Il n’est pas le seul à être persuadé que la sécurité routière doit être améliorée : « Neuf citoyens sur dix sont préoccupés » [par cette problématique] », affirme celui qui sillonne les rues du district 3 en faisant du porte-à-porte.

« Je pense que la solution simple et efficace, c’est de faire comme les villes environnantes — Saint-Alphonse, Cowansville, Ange-Gardien — qui abaissent les limites de vitesse. Et dans le cas de Cowansville, j’ai lu que les résultats étaient probants, que les gens diminuaient leur cadence [quand] ils voyaient [des panneaux] 40 km/h. »

Jean-Daniel Gilbert croit que cette solution, peu coûteuse, serait aussi plus efficace que le fait de rétrécir les rues. Ces travaux de réfection de rue, privilégiés par l’ancien conseil municipal, ont-ils atteint l’objectif [de ralentir la vitesse] ? « Je ne suis pas certain », estime M. Gilbert. 

Les rues J.-A.-Nadeau, Trépanier, Richard Frost, Harvey et Léger sont celles où les citoyens disent remarquer des vitesses élevées, selon le candidat, du fait de leur configuration en ligne droite. L’intersection Avery/Denison Est — qui permet d’entrer dans un développement résidentiel — lui a également été signalée comme étant dangereuse.

Il souhaite aussi l’ajout d’un brigadier scolaire devant l’école Eurêka, à l’angle des rues Robitaille et des Écoliers, où la circulation est très intense. Les courbes présentes dans de nombreuses rues résidentielles du district 3 limitent également la visibilité et augmentent les risques d’accident.

Pour un changement de culture

Jean-Daniel Gilbert se dit confiant que ces limitations de vitesse ne se transformeront pas en « trappe à tickets », auxquelles les a déjà comparées le maire sortant Pascal Bonin. Ce dernier a déjà indiqué qu’il ne croyait pas en l’efficacité de cette mesure.

Le candidat au poste de conseiller estime qu’un changement de culture est nécessaire et que la police saura intervenir de façon dissuasive. « Quand on joue dans la poche du contribuable, ça fait toujours réfléchir », assure-t-il.