Cyrille Gibeault, greffé du rein, est membre du comité organisateur de la troisième marche à Granby.

La santé rénale à cœur

Pour une troisième année, Granby fait partie du circuit de la Marche du rein, composé de 22 municipalités à travers la province. L’événement, qui se déroulera le 3 juin au parc Daniel-Johnson, se veut principalement une occasion d’amasser de l’argent pour la recherche et de sensibiliser la population à l’importance du don d’organes.

L’an dernier, une centaine de personnes ont participé à l’activité, bouclant un tracé de 5 km dans les rues de Granby. La distance à parcourir demeure la même pour la troisième mouture. Toutefois, les marcheurs sillonneront uniquement le parc Daniel-Johnson. « On a reçu plusieurs commentaires de gens qui ont fait la marche. Bien des personnes nous disaient que c’était difficile. Et j’avoue qu’ils avaient raison. C’est pénible de faire un 5 km quand tu fais de la dialyse, entre autres quand il y a des côtes. Alors, on fera deux tours du parc Daniel-Johnson. Ce sera plus facile pour les personnes à mobilité réduite. Elles auront le choix d’arrêter si elles veulent », a indiqué Cyrille Gibeault, membre du comité organisateur.

En ce qui concerne le nombre de participants, la cible d’attirer plus de 100 personnes est maintenue. Or, jusqu’ici, les inscriptions stagnent, a concédé M. Gibeault, se disant néanmoins confiant que le comité atteindra son objectif. « Souvent, les gens se présentent le matin même pour s’inscrire, a-t-il soutenu. Il ne faut pas trop s’en faire avec le nombre d’inscriptions. »

En ce qui concerne la somme à amasser, les organisateurs préfèrent ne pas s’avancer sur un chiffre, a dit M. Gibeault. Notons que 4325 $ ont été récoltés en 2017, alors que la barre avait été fixée à 7000 $. M. Gibeault estime par ailleurs que la Marche pour le rein se taille peu à peu une place de choix à Granby. « On sent que les gens adoptent l’événement. D’ici deux ans, ça devrait devenir une sorte de tradition. »

Tabous
Selon la Fondation canadienne du rein, 275 personnes souffrent d’insuffisance rénale à Granby. Un chiffre qui croît d’année en année en raison du vieillissement de la population, a fait valoir M. Gibeault. La somme amassée dans le cadre de la marche ira donc en majeure partie à la recherche. « Les problèmes rénaux touchent beaucoup de gens. C’est bien d’investir dans les équipements, mais on veut trouver des solutions à la source. Les recherches avancent pour des reins artificiels, sur des médicaments antirejet plus efficaces et le dépistage précoce d’insuffisance. Il faut garder le momentum », a mentionné le greffé du rein.

Or, la marche servira également à éveiller la population aux répercussions des dons d’organes. « Le plus important, c’est de propager l’importance du don d’organes. Malheureusement, le gros facteur, à l’heure actuelle, qui fait que l’on rate des greffes, c’est la décision des familles [de les refuser]. C’est délicat d’en parler, mais il faut le faire entre proches pour faire tomber les tabous. »