La Ride de filles aura lieu le 19 septembre et s’arrêtera à l’Érablière la Grillade de Saint-Alphonse-de-Granby.
La Ride de filles aura lieu le 19 septembre et s’arrêtera à l’Érablière la Grillade de Saint-Alphonse-de-Granby.

La Ride de filles s’arrêtera à la Grillade

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
La Ride de filles, au profit de la Fondation du cancer du sein, aura bel et bien lieu le 19 septembre, et se terminera par un souper à l’Érablière la Grillade, à Saint-Alphonse-de-Granby.

«On sait que les érablières en arrachent, et qu’elles ont eu beaucoup de difficulté ce printemps, alors je me suis dit, pourquoi ne pas faire une pierre deux coups? J’ai donc contacté le propriétaire, qui a tout de suite dit oui», indique le directeur général, Michel Côté.

À LIRE AUSSI : Un coup dur pour les cabanes à sucre

L’année passée, la Ride de filles, une randonnée en moto de 200 km, avait été prise en charge par la Ville de Granby, mais devant les incertitudes et inquiétudes amenées par la pandémie de COVID-19, et l’actuelle annulation des activités sur le territoire de la Ville de Granby, Michel Côté s’est retroussé les manches pour trouver un endroit qui pourrait accueillir les quelque 300 motocyclistes déjà inscrites à l’événement.

«On est très heureux d'aider cette cause, tout en nous aidant aussi, en reprenant le travail, parce que depuis le 14 mars, on ne fait plus rien, mentionne Pierre Gingras, propriétaire de la Grillade. On recommence tranquillement.»

Un grand espace nécessaire

Ainsi, non seulement le souper de la Ride de filles se fera à la Grillade, mais le dîner se prendra aussi dans une érablière, à La Goudrelle de Saint-Grégoire. Le groupe sera séparé en deux, afin de toujours avoir moins de 250 personnes dans la salle, et des mesures sanitaires seront mises en place.

«Ça nous prenait un espace très grand, pouvant accueillir beaucoup de personnes tout en respectant la distanciation physique, dit Michel Côté. Parce que, oui, on va absolument suivre toutes les règles de la Santé publique. Il ne faut pas oublier qu’on a des participantes qui sont des survivantes du cancer du sein, qui ont la santé fragile. On va être très, très sérieux là-dessus.»

Quelque 100 bénévoles assureront la sécurité de l’événement, dont Michel Côté, qui sera «omniprésent».

Le départ de la Ride de filles se fera à Saint-Hyacinthe, chez Carrier Harley-Davidson, en compagnie de la porte-parole Lulu Hugues, chanteuse et survivante du cancer du sein.

La Ville hésitante

Michel Côté déplore les réponses changeantes qui lui ont été données par la Ville de Granby, qui avait conclu une entente de collaboration avec la Ride de filles de deux ans, pour 2020 et 2021.

«Ils nous ont dit oui, puis non, puis oui, puis non, en 48h. On comprend l’incertitude de la Ville, mais on avait besoin d’une confirmation claire. Il fallait absolument trouver un endroit, ça s’en vient vite. On est plus que content que la Grillade ait accepté. Il était minuit moins une.»

Pierre Gingras se dit d'ailleurs toujours ouvert à accueillir des événements pour les fondations à son érablière. «On les aide, et elles nous aident. C'est du donnant-donnant!»

Chaque participante doit s’engager à amasser un minimum de 100$. L’an passé, la Ride de filles avait permis d’amasser en une journée 121 000$, entièrement remis à la Fondation du cancer du sein. L’objectif cette année a été fixé à 150 000$.

Pour s’inscrire à l’événement et pour obtenir plus d’informations, consultez le www.ridedefilles.org.