Pendant une soirée dansante organisée par l'école de danse latine Madessimo, le vendredi 15 juillet, un peuplier centenaire s'est effondré sur le chapiteau.

La revue de l'année de La Voix de l'Est

L'année 2016 a été marquée par une panoplie d'événements dans le monde politique, en économie, en sports et dans le domaine judiciaire. La Voix de l'Est vous présente les moments qui ont marqué la dernière année. Voici ce qui a retenu l'attention en juillet.
La chute d'un arbre sème la terreur au parc Miner
Vision d'horreur au parc Miner. Pendant une soirée dansante organisée par l'école de danse latine Madessimo, le vendredi 15 juillet, un peuplier centenaire s'effondre sur le chapiteau. Des vents forts et des conditions climatiques orageuses auraient entraîné la chute du peuplier.
Résultat : 19 personnes ont été blessées parmi la centaine de personnes sur place. Fort heureusement, même si certaines personnes ont été grièvement blessées, on ne craint pas pour leur vie. Les ambulances ont fait des allers-retours répétés entre l'hôpital de Granby et le parc, au centre-ville, transportant les blessés qui nécessitaient une assistance plus immédiate.
Pompiers et policiers étaient également débarqués en grand nombre. Une cinquantaine de secouristes avaient été dépêchés sur les lieux. L'Unité de sauvetage de la Haute-Yamaska était également venue en renfort. Depuis ce triste épisode, la Ville de Granby ne prend plus de chance et abat un arbre dès qu'il présente un risque pour la sécurité de la population.
Les paramédics de Granby ont testé en juillet une nouvelle technologie unique au monde : Préhos.
Nouvelle technologie pour les paramédics... finalement abandonnée
Les paramédics de Granby ont testé en juillet une nouvelle technologie unique au monde : Préhos. Ce système permet aux intervenants de première ligne de sauver en moyenne jusqu'à 15 minutes par appel. Dès qu'ils reçoivent un appel, les paramédics collectent des données sur un iPhone et un iPad.
La cartographie permet de connaître l'état du trafic en temps réel, les fermetures de rue et les entraves. Sur les lieux de l'intervention, les informations sur le patient, dont ses signes vitaux, sont rentrées sur le support numérique.
Le permis de conduire du patient est scanné. Ces informations, qu'ils devaient autrefois rentrer à plusieurs endroits différents sur des formulaires papier, se placent automatiquement aux bons endroits.
Cependant, l'utilisation de Préhos a été suspendue à la suite d'une mise en demeure acheminée par le ministère de la Santé et des Services sociaux, arguant que « comme l'application Préhos [...] n'est pas arrimée avec les systèmes du réseau de la santé et des services sociaux, le MSSS a demandé l'arrêt de son utilisation ».
L'ex-directeur général de Val-des-Cerfs, André Messier
Démission de l'ex-dg de Val-des-Cerfs
Après 15 mois de suspension rémunérée, l'ex-directeur général de Val-des-Cerfs André Messier n'est plus à l'emploi de la commission scolaire. Entente dont les termes restent confidentiels, souligne le président de la commission scolaire, Paul Sarrazin.
Il n'a pas non plus chiffré la somme que Val-des-Cerfs a dépensée dans ce dossier depuis la suspension de M. Messier, en avril 2015. M. Sarrazin admet qu'il s'agit d'un « soulagement » pour l'organisation.
«Ce n'est jamais agréable pour personne quand un dossier est nébuleux et là, le dossier est réglé», dit-il sans donner plus de détails.
Lors de son passage à la direction générale, de 2010 à 2015, M. Messier a entretenu des relations extrêmement houleuses avec le syndicat des enseignants, les médias et certains commissaires. Il s'est arrogé de nombreux pouvoirs au sein du conseil - assumant du même coup plusieurs responsabilités - et a multiplié les recours juridiques contre le Syndicat de l'enseignement de la Haute-Yamaska.
Une microrafale a balayé le coeur du village de Roxton Falls, le lundi 18 juillet, entraînant dans son sillage d'importants dégâts.
Orage violent et microrafale à Roxton Falls
Branches jonchant les rues, trampoline coincée dans les fils, arbres couchés, morceaux de tôle partout. Une microrafale a balayé le coeur du village de Roxton Falls, le lundi 18 juillet, entraînant dans son sillage d'importants dégâts.
Vers 11 h 15, l'orage a éclaté et Éole s'est déchaîné avec assez de vigueur pour arracher des toits et briser des arbres. Une femme a été coincée dans sa voiture sur laquelle des arbres se sont effondrés. En plus des arbres déracinés ou fendus, les autorités rapportent la chute d'un poteau électrique et des dommages à plusieurs toitures, dont celles d'un triplex et de la terrasse du resto-bar O'Martha.
Des garages ont aussi écopé. Et des résidants ont été privés d'électricité pendant plusieurs heures. Aux abords de la rivière Noire, impossible de compter tous les arbres qui ont été détruits.
Une femme de 89 ans a été victime d'une sauvage agression de la part d'un autre résident au centre d'hébergement Villa Bonheur, le 11 juillet.
Personnes âgées agressées à Marie-Berthe-Couture et à Villa Bonheur
Une femme de 74 ans, Susan Crack, a été agressée à plusieurs reprises cet été par un résident au centre d'hébergement Marie-Berthe-Couture, dénonce son conjoint Maurice St-Laurent. Le 24 juin, l'assaillant s'en serait pris directement à la septuagénaire.
« Il est imprévisible. Tellement qu'il est sous la surveillance d'un agent de sécurité en tout temps. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais il a quand même réussi à donner un coup de poing à ma femme en plein ventre pendant qu'elle marchait dans le corridor », déplore celui qui sonne l'alarme.
Tombée dans le coma peu de temps après, Mme Crack est décédée le 4 août. Par ailleurs, une femme de 89 ans a été victime d'une sauvage agression de la part d'un autre résident au centre d'hébergement Villa Bonheur, le 11 juillet.
L'intrus se serait introduit dans la chambre de la femme âgée, et dans un accès de colère, il lui aurait asséné plusieurs coups de poing au visage. Une demi-porte flexible a aussi été installée à l'entrée de la chambre de la victime pour empêcher son assaillant d'y pénétrer à nouveau.
La crème des cavaliers des quatre coins du globe ne convergera pas vers Bromont en 2018. Le comité organisateur de l'événement, de concert avec la Fédération équestre internationale (FEI), a tiré un trait définitif sur le projet de longue haleine, le 22 juillet.
Bromont perd les Jeux équestres mondiaux
La crème des cavaliers des quatre coins du globe ne convergera pas vers Bromont en 2018. Le comité organisateur de l'événement, de concert avec la Fédération équestre internationale (FEI), a tiré un trait définitif sur le projet de longue haleine, le 22 juillet.
Plusieurs indicateurs laissaient présager une telle fin. L'organisation des Jeux peinait à susciter la ferveur des citoyens depuis le jour un. Le projet de manège équestre avait même soulevé la grogne au sein de la population, obligeant les architectes à retourner à la table à dessin. En avril, le président-directeur général du COJEM, Luc Fournier, ainsi que quatre membres du conseil d'administration avaient quitté le navire.
Sans compter les bailleurs de fonds privés qui n'étaient pas au rendez-vous. D'ailleurs, la fédération avait fixé la date butoir du 15 juillet afin que le comité organisateur de l'événement recueille 25 M$ pour garder la tête hors de l'eau. Ce qui ne s'est pas concrétisé.
Killer est un des deux molosses qui a attaqué mortellement un chien de petite taille, le dimanche 22 juillet, à Cowansville.
Un chien attaqué à mort par les molosses Killer et Blanca
Une attaque de molosses s'est soldée par la mort d'un chien de petite taille, le dimanche 22 juillet, à Cowansville. Le propriétaire de la bête victime de l'agression a tenté de la sauver, mais a été mordu à son tour.
Le petit chien aurait été agressé par deux molosses qui habitent dans le même immeuble que lui. C'est le début de la saga Killer et Blanca, les molosses en question, qui seront finalement euthanasiés le 14 octobre, conséquence du jugement de la Cour supérieure.
Le conseil d'administration du Regroupement soutien aux aidants de Brome-Missisquoi avait annoncé le 28 juillet la fermeture complète de la Maison Gilles-Carle pour dix semaines.
La Maison Gilles-Carle fermée dix semaines
Dans la cour de la Maison Gilles-Carle, la tristesse marquait les visages des proches aidants et des membres de l'équipe. Le conseil d'administration du Regroupement soutien aux aidants de Brome-Missisquoi a annoncé le 28 juillet la fermeture complète de la Maison Gilles-Carle, et ce, pour les dix prochaines semaines.
Quant au service de répit, couru par les proches aidants à bout de souffle, celui-ci est fermé pour de bon jusqu'à nouvel ordre. La non-reconduction de deux subventions, totalisant 186 000 $, oblige le RSABM à prendre cette décision difficile.
Le comité de sélection d'Appui Montérégie, organisme responsable de distribuer les subventions gouvernementales liées aux différents services communautaires de santé dans la région, n'a pas retenu le projet de la Maison Gilles-Carle parce qu'il ne répondait pas à certains critères de ces subventions.