Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Malgré le caractère particulier que lui a conféré la pandémie, l’année 2020 a aussi été marquée par divers événements d’importance, notamment à Granby.
Malgré le caractère particulier que lui a conféré la pandémie, l’année 2020 a aussi été marquée par divers événements d’importance, notamment à Granby.

La revue de l’année à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Malgré le caractère particulier que lui a conféré la pandémie, l’année 2020 a aussi été marquée par divers événements d’importance. Que ce soit dans chacune des villes qui forment la grande région couverte par La Voix de l’Est où encore dans le monde de l’économie, des arts, de la justice ou de l’éducation. Voici les moments forts de la dernière année. Aujourd’hui, la ville de Granby.

Le maire se remet d’une dépression

Le maire Pascal Bonin a fait un retour remarqué à l’hôtel de ville à la mi-mars, après une absence de quelques mois. Il a expliqué sans détour avoir surmonté une dépression majeure et a présenté Olive, un berger des Shetland, qui a obtenu la certification de chien d’assistance de Psy’chien.

Depuis ce moment, Olive accompagne le maire dans tous ses déplacements, y compris durant les séances du conseil, où elle se fait oublier en dormant sous la table. La petite chienne noire et blanche jouit d’un bon capital de sympathie à l’hôtel de ville, dit Pascal Bonin.

Le maire Pascal Bonin a effectué un retour à l’hôtel de ville en mars, après avoir surmonté une dépression, avec Olive, un berger des Shetland, qui a obtenu la certification de chien d’assistance de Psy’chien.

Celui qui n’a pas craint de lever le voile sur l’épreuve qu’il a traversée affirme que les préjugés sont «tenaces» à l’endroit des enjeux de santé mentale, notamment au sein de la classe politique. Mais il dit avoir senti un bon appui de la part de la population.

Le retour en poste du maire a par ailleurs pratiquement coïncidé avec le début de la pandémie. Rien ne le laissait présager, mais il s’est ainsi retrouvé à gérer, avec plusieurs directeurs de service, la crise sanitaire. «Je ne m’attendais pas à ça. Ça a été tout un test. Mais je pense qu’on s’en est bien tiré à date», dit-il.

Élu à la mairie en 2013 et réélu en 2017, Pascal Bonin sollicitera-t-il un troisième mandat aux élections municipales de novembre 2021? Il affirme avoir pris sa décision, mais ne pas être prêt à l’annoncer. Récemment, il a laissé entendre qu’il pourrait lever le voile sur ses intentions au début de l’année 2021.

L’ex-maire de Granby et promoteur, Michel Duchesneau, a défrayé les manchettes à quelques reprises en 2020.

Les Duchesneau défraient les manchettes

L’ex-maire de Granby et promoteur, Michel Duchesneau, ainsi que son neveu, aussi conseiller municipal à Granby, Éric Duchesneau, ont défrayé les manchettes en 2020.

Michel Duchesneau a notamment causé la surprise en annonçant en juillet dernier son intention de déposer sa candidature à la mairie, lors des prochaines élections municipales, en novembre 2021.

Cette annonce est toutefois survenue après que Michel Duchesneau se soit retrouvé au début de l’été au coeur d’un différend avec la Ville pour avoir coupé des arbres, sans en avoir l’autorisation, dans une bande de protection boisée dans le prolongement de la rue de Verchères. Celui qui a été maire de 1993 à 2000 a dénoncé à plusieurs reprises la position de la Ville dans ce dossier.

Au début du mois de décembre, le promoteur et son entreprise, Jonesco, ont en outre été mis à l’amende par la municipalité de Shefford pour avoir réalisé des travaux sans permis sur un terrain du chemin du Mont-Shefford. Des constats de près de 10 000 $ lui ont été émis.

Pour sa part, le conseiller municipal Éric Duchesneau s’est envolé vers le Mexique au début de la pandémie, alors qu’un avertissement incitant les voyageurs à éviter les déplacements non essentiels à l’extérieur du Canada était en vigueur.

Le conseiller municipal Éric Duchesneau s’est envolé vers le Mexique au début de la pandémie, alors qu’un avertissement incitant les voyageurs à éviter les déplacements non essentiels à l’extérieur du Canada était en vigueur.

Son geste, rapporté par plusieurs médias, a été dénoncé par la majorité de ses homologues à la table du conseil. Le principal intéressé, qui a des amis en sol mexicain, a expliqué son départ inopiné par la période d’angoisse qu’il traversait alors.

Durant son absence, il a continué à assister aux séances du conseil municipal, mais à distance, en visioconférence, tel que permis par la loi. Il est revenu au Québec au début du mois d’août.

Fin d’un gros chantier

Lancé à l’automne 2017, le chantier du Centre aquatique Desjardins de Granby a été plus long et plus complexe que prévu. Mais l’endroit est finalement prêt à se laisser découvrir par la population.

Résultat d’un investissement total de quelque 36 millions $, cette nouvelle infrastructure municipale représente, à ce jour, le plus gros projet de l’histoire de la ville. Les gouvernements provincial et fédéral y vont d’une contribution conjointe de 20,5 millions $. La part de la Ville a été «payée comptant», se réjouit le maire Pascal Bonin.

Résultat d’un investissement total de quelque 36 millions $, le Centre aquatique Desjardins de Granby représente, à ce jour, le plus gros projet de l’histoire de la ville.

Pandémie oblige, les portes ouvertes du nouveau bâtiment de 6500 mètres carrés, situé rue Léon-Harmel, s’effectueront de façon virtuelle le 12 janvier, par le biais du site web cadg.granby.ca. Une dizaine de vidéos permettant de visiter l’endroit et ses coulisses seront mises en ligne à compter de 9h. Le maire Pascal Bonin effectuera la traditionnelle coupe de ruban en direct à 18h30.

En principe, les premiers baigneurs pourront s’y rendre à compter du 16 janvier, avec les conditions qui s’appliquent actuellement à la piscine Miner. Ils devront donc continuer à réserver leur heure de baignade. La situation sera néanmoins à réévaluer au début de l’année, selon les consignes sanitaires en vigueur.

Tel qu’annoncé, les bains libres seront gratuits jusqu’au 24 juin prochain pour les détenteurs d’une carte-loisirs.

Le centre aquatique propose le plus grand bassin récréatif au Québec, selon la Ville. L’endroit est aussi pourvu d’un bassin compétitif et d’une piscine extérieure.

L’administration municipale a conclu une entente importante avec la Corporation Maurice-Ratté pour acquérir et protéger, au coût de 2,2 millions $, les terrains du Collège Mont-Sacré-Coeur. La superficie visée comprend le massif de l’érablière, les vergers, ainsi que les champs de culture.

La Ville fait l’acquisition des terrains du Mont-Sacré-Coeur

L’administration municipale a annoncé en septembre dernier la conclusion d’une entente importante avec la Corporation Maurice-Ratté pour acquérir et protéger, au coût de 2,2 millions $, les vastes terrains du Collège Mont-Sacré-Coeur. La superficie visée comprend le massif de l’érablière, les vergers, ainsi que les champs de culture.

« C’est une acquisition historique, à la hauteur des Boisés Miner, dans une certaine mesure », a réagi le directeur général de la Ville, Michel Pinault, lorsque la nouvelle a été annoncée, tout en affirmant que l’endroit fait office de « carte postale de la ville de Granby ».

L’objectif en est un de conservation, a par ailleurs assuré le DG. Avec son zonage institutionnel, le site, pour lequel des promoteurs ont également manifesté de l’intérêt, avait une « relative protection », avait-il expliqué.

Détail important: l’entente exclut l’acquisition de l’édifice du Collège Mont-Sacré-Coeur, des terrains adjacents et du cimetière. Aussi, la vocation et les activités scolaires de l’établissement scolaire et celles du Complexe sportif Artopex ne sont pas modifiées.

« Le souhait du conseil actuel, c’est de lui donner une vocation très communautaire, très agriculture urbaine, et de redonner éventuellement les vergers et les champs à la population. Nos petits-enfants aussi pourront en profiter. C’est un leg immense que le conseil a fait », a pour sa part déclaré le maire Pascal Bonin.

Un premier pas vers une utilisation communautaire du site a récemment été fait. Des discussions sont en cours afin que les Jardins communautaires du Montplaisant, contraints de déménager pour permettre la construction d’une école primaire, puissent s’enraciner sur une parcelle de terrain du Mont-Sacré-Coeur dès le printemps 2021.