Pierre Loiselle tirera sa révérence dans les prochaines semaines après 34 ans à la tête de l’administration de Dunham.
Pierre Loiselle tirera sa révérence dans les prochaines semaines après 34 ans à la tête de l’administration de Dunham.

La retraite après 34 ans comme DG de Dunham

Après 34 ans de service, le directeur général de Dunham Pierre Loiselle prend sa retraite. Sa successeure, Mélanie Thibault, actuellement directrice générale de Saint-Ignace-de-Stanbridge, entrera en poste le 1er juin.

«Ça va être un gros morceau qu’on va perdre», confie le maire de Dunham, Pierre Janecek, qui a fait ses débuts comme élu en tant que conseiller municipal en 2005. C’est donc dire qu’il travaille avec M. Loiselle depuis 15 ans.

«On en aura pas deux pareils. C’est une bible! Il connait toute la ville, il n’a pas besoin d’ouvrir le bottin pour faire une recherche. Si on voulait se référer à quelque chose, on l’appelait et il nous répondait tout de suite. Il a joué un rôle très important à la municipalité. Il a fait une job colossale! J’ai juste de bons mots pour lui.»

M. Janecek parle notamment de la capacité de M. Loiselle de mener des projets sans endetter la municipalité et sans augmenter le taux de taxation outre mesure.

Il souligne également son leadership avec le personnel municipal. «C’est un très très bon boss. C’est un gars qui comprend le monde, qui va donner des chances, qui ne hausse pas le ton. Je pense qu’il est très apprécié à l’hôtel de ville», note M. Janecek.

M. Loiselle cèdera sa place à Mme Thibault le 1er juin. Jusqu’au 30 juin, il sera directeur général adjoint et greffier adjoint pour assurer une transition saine avec sa successeure.

Une longue carrière

Le futur retraité est un homme de peu de mots lorsque vient le temps de parler de lui. «J’aime bien travailler dans l’ombre», admet-il.

Il use quand même d’humour pour parler de ce qui l’attend. «Je vais certainement prendre du repos pour le reste de l’été. J’ai manqué de belles vacances en avril, à la Barbade», dit-il en référence à la pandémie.

Il fêtait ses 34 ans de travail à la mairie le 5 mai dernier. À l’époque, il avait été engagé comme greffier, ce qui revenait à dire qu’il était aussi directeur général. Ce n’est que plus tard que ce titre a été créé. Sa collègue trésorière Nicole Gingras, qui prendra sa retraite dans un an, était déjà en poste depuis une dizaine d’années quand il est entré en poste.

«C’est un travail varié, très plaisant, commente le directeur général. On se sent en famille, c’est une belle équipe.»

Plusieurs moments marquants ont parsemé sa carrière. «La reconstruction de l’hôtel de ville [en 1995], entre autres, puis l’implantation du réseau d’égout sanitaire au village et au lac Selby, et le barrage au lac Selby, énumère-t-il. Ce sont de belles choses que nous avons réalisées.»

Au fil des ans, il a travaillé avec quelques maires, dont le défunt Pierre Bernier, qui a été maire durant 23 ans, jusqu’en 1999, Michel Barrette, Marcel Poirier, Jean-Guy Demers — qui avait connu un mandat houleux en raison d’une guerre politique ayant mené à une mise sous tutelle de Dunham — et Pierre Janecek.

La successeure de M. Loiselle travaille depuis une dizaine d’années à la direction de Saint-Ignace-de-Stanbridge. Son travail était déjà connu dans la région. Deux candidats avaient été convoqués en entrevue, par vidéoconférence. La candidature de Mélanie Thibault a été retenue. Un mouvement de chaise musicale s’est enclenché. Une offre d’emploi pour la remplacer à Saint-Ignace est en ligne.

«Ça me fait de quoi pour Saint-Ignace, j’espère qu’ils trouveront un aussi bon DG, soutien Pierre Janecek. Mais on est bien content, on va l’accueillir à bras ouverts.»

Elle aura notamment à travailler à la finalisation du projet de complexe multiservice, qui sera érigé à proximité de l’hôtel de ville et où la bibliothèque et le bureau de poste seront relocalisés. Elle poursuivra également le travail qui concerne la municipalité dans la construction du nouveau poste de la Sûreté du Québec.