La région en bref

Un véhicule en feu à Cowansville

L’embrasement général d’un véhicule, survenu vers 2 h 30 dans la nuit de mardi à mercredi dans un stationnement de la rue Ville-Marie à Cowansville, a mené à deux arrestations mercredi. Dans le cadre de l’enquête, les policiers se sont rendus dans un immeuble à logements de la rue Dieppe pour rencontrer la propriétaire du véhicule. Une fois sur place, ils ont aperçu un sac d’environ 170 grammes de cannabis dans la cuisine. Une perquisition effectuée dans l’appartement a mené à la saisie de deux pots contenant une vingtaine de grammes supplémentaires ainsi que divers objets servant au trafic de stupéfiants et une imitation d’arme de poing. Les deux résidents de l’endroit, une femme de 51 ans et un homme de 21 ans, ont été arrêtés pour possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic. Dominique Wolfshagen

Site équestre olympique: feu vert pour les travaux

Le ministère de l’Environnement a donné son aval mardi pour que Bromont entame les travaux pour contrer l’érosion marquée d’un terrain d’entraînement, aménagé sur une portion du vaste site équestre olympique lui appartenant. La Voix de l’Est rapportait samedi qu’un milieu humide attenant était ainsi menacé d’envasement. « Un avis de non-conformité a été envoyé à la Société d’agriculture du comté de Shefford (SACS) le 29 juin 2016 pour avoir procédé à du remblai en marais et avoir aménagé un ouvrage de rétention de l’eau dans deux cours d’eau sans avoir obtenu préalablement le certificat requis en vertu de l’article 22 de la Loi sur la qualité de l’environnement. La SACS ayant perdu le bail avec la Ville pour l’exploitation du site olympique, c’est la Ville de Bromont, propriétaire du terrain, qui a déposé le 1er mai 2018 un rapport pour la restauration d’un milieu humide et des mesures pour le contrôle de l’érosion. Après analyse du plan correctif, les mesures proposées sont acceptables pour la restauration du milieu humide et les mesures de contrôle de l’érosion appropriées. La Ville de Bromont a été informée le 29 mai que les travaux correctifs peuvent donc être entrepris dès que possible. Le Ministère fera un suivi lors des travaux », a indiqué mercredi Daniel Messier, de la direction des communications au ministère de l’Environnement. Jean-François Guillet